Splash ! / J. Burgerman. - Les Fourmis rouges, 2019

On tourne la page et Splash ! le petit personnage vert se prend ce qu'il y a sur la page de droite. Lorsque c'est une paire de lunettes, tout va bien. Mais lorsque l'auteur est pris d'une lubie gourmande, ça peut vite dégénérer ! 
Plaisir régressif de la blague potache dans un livre interactif aux couleurs détonnantes. 

Dans la ville rouge / J. Rice ; C. Mortenson. - La Ville brûle, 2019

Jadis, il y avait des arbres, une nature florissante, des gens, des animaux... Un feu terrible a ravagé la flore, fait fuir tous les vivants. « Seuls les arbres sont restés. Ils changèrent de couleur, et le rouge gagna la forêt. »
Dans l’échange entre l'ours Nesty et le jeune arbre Sosna, c'est l'histoire d'une nature endommagée qui se raconte. Celle des animaux et des forêts ravagés par l'explosion nucléaire de Tchernobyl, dont la mémoire est à reconstruire.
Valorisation des sols, des forêts et alerte sur les dangers de la déforestation  sont exprimées dans un texte fort et une illustration en gravure sur bois.

La tuerie / L. Galadnon ; N. Otero. - Les Arènes BD, 2019

Ils sont deux à embaucher à l'abattoir pour la première fois ce jour. S'ils sont affectés à la zone propre, pour le travail de boucherie et d'emballage de la viande, Yannick lui voudrait travailler dès que possible dans le secteur sale, la tuerie. Pas parce que la paie y est meilleure mais parce qu'il suit les traces de son frère, mort quelques années auparavant. Un suicide ? Yannick en doute. 
L'enquête s'entremêle à la découverte d'un milieu fermé, où les conditions de travail sont difficiles et la solidarité de groupe forte. Tout au moins tant que ce groupe oeuvre dans le même sens : la préservation de leur emploi. Autant dire que le bien être animal est une notion toute relative dans ces lieux, porté par le vétérinaire en chef ou le responsable de la protection animale. Une mafia à l'oeuvre. 
Dessins aux teintes gris-bleus pâles d'où jaillissent les flux de sang, animal et humain, les bruits et les cris infernaux. 
« Ici, c'est une bête tuée toutes les 1 minutes 30 
et toutes les minutes en période de promotion. 
Il faut tenir la cadence, 
c'est le maître mot ici, la cadence. »
Voir la notice

Home sweet home / A. Philias ; A. Zeniter. - Ecole des loisirs, 2019. - (Médium +)

« Tous ceux qui avaient moins de vingt et un ans et refusaient de suivre leurs parents dans la course à la catastrophe pouvaient venir ici ». Ici, c'est le lycée désaffecté Winston High, à Cleveland, « abri anti-adultes » où l'on peut se réinventer, loin de la déception causée par les parents et adultes. Les Winstonien s'organisent en rêvant d'une autre société, bien différente en tout cas de celle qui a conduit leurs parents à une banqueroute sans pareil suite aux subprimes
Elijah et Anne se partagent majoritairement la parole, mais les autres membres de cette communauté autogérée auront aussi voix au chapitre. L'enthousiasme, les doutes, le découragement, la peur, l'effervescence collective... l'utopie dans ses tentatives de mises en œuvre est intéressante à lire, balbutiante certes mais prometteuse. Si les personnages ne sont pas des plus attachants -l'écriture à deux ?- l'expérience interroge notre société bien sûr, mais aussi le rapport aux adultes et la notion de collectif.
« Ce qui me dégoûte le plus avec la génération de mes parents, c'est leur espoir :
 toujours déçu, jamais abandonné. »  
Voir la notice

Maître chat / Blexbolex. - Albin Michel, 2018. - (Trapèze)

Jeté dehors comme un malpropre, le chat retombe vite sur ses pattes : il se déclare son propre maître et part prendre possession de la ville ! Il trouve, en la personne d'un lapin peureux et crédule, un compagnon de roublardise idéal. Cette petite fille pourrait également servir ses plans... 
Rien ne se passera comme prévu pour le chat, botté et gouailleur, mais une fois de plus, il tirera partie de la situation.
L'album se joue des frontières, entre conte et théâtre sur la forme, rétro et modernité pour l'illustration, filouterie et mignonnerie pour la morale, soumission et liberté pour la philosophie. La quatrième de couverture est à l'image de ce jeu de miroir constant. Ce chat, figure punk, est détonnant et fort plaisant !

Le jardin d'Evan / B. Lies. - Albin Michel, 2019

Evan le Renard et son chien sont inséparables. Ils font tout à deux, avec une prédilection pour l'entretien du jardin. Quelle peine incommensurable lorsque le chien meurt... Evan n'a plus goût à rien, délaisse son jardin, pire, le saccage pour le modeler à l'image de sa peine. Une citrouille y grandit pourtant, toujours plus volumineuse. Ce serait dommage de ne pas la présenter à la semaine de la foire !
Le temps d'un deuil au rythme de la nature, avec des animaux d'une expressivité très riche et une luminosité magnifiant les couleurs. 

Une nuit d'été / M. Othats. - Magnani, 2019

Ils étaient 5 ados, insouciants et heureux de se retrouver lors d'une nuit d’été. Ils ne sont soudain plus que 4. Malgré les recherches, malgré l'enquête, la nuit reste muette. Le groupe est définitivement amputé d'un de ses membres.
La narration est assurée par l'image, très cinématographique, que le lecteur scrute en quête lui aussi du moindre indice. Mais les saisons passent, le mystère demeure...
Lecture troublante qui renvoie à l'insécurité que provoque la vie lorsque le quotidien se dérobe brutalement pour laisser place à l'angoisse, à l'inexplicable. Nous laissant bien vivants, mais si fragiles désormais.

Mon ami extraterrestre / R. Bonilla ; G. Mugler. - Père Fouettard, 2018

Le narrateur de cet album reçoit un correspondant. Ce dernier s'étonne de ce qu'il observe et pose beaucoup de questions : Pourquoi cette petite fille ne pourrait-elle pas jouer au foot ?
« Pourquoi tu ris ? Parce que... lui, il rit... »
Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Il y a de quoi s'agacer à force !
De quoi également s'interroger. Le décalage introduit par le correspondant finit par atteindre le personnage principal de l'album qui voit enfin la réalité autrement, dans une relation à l'autre plus respectueuse, plus honnête, plus courageuse aussi.
« Demander pourquoi, se poser des questions, c'est le début de la réflexion, de l'indépendance, de la liberté. Pour penser par soi-même. »
Si le texte ne le dit pas, l'illustration nous présente le correspondant comme un extra-terrestre. Espérons qu'il ne soit pas nécessaire d'être aussi différent pour apporter ce regard critique et salvateur.

Le chemin de la montagne / M. Dubuc. - Saltimbanque, 2019

« Tous les dimanches, c'est comme ça » : Madame Blaireau emprunte le sentier qui mène vers le sommet d'une petite montagne. Elle salue les habitants, cueille quelques offrandes pour les uns, vient en aide aux autres.
Ce jour-là, elle rencontre un jeune chat, triste de ne pouvoir monter lui aussi. « Je suis trop petit. » Mais Madame Blaireau sait y faire pour le mettre en confiance, l'ouvrant aux autres et à lui-même, révélant ses capacités insoupçonnées. 
Bientôt, Madame Blaireau ne pourra plus marcher. Lulu reprend le flambeau et lui raconte ses découvertes.
Une grande sérénité se dégage de cet album qui évoque la vieillesse mais surtout la transmission et le partage de valeurs altruistes.
Voir la notice

Abcdaire des métiers qui n'existent pas / C. Morel. - Didier, 2019

L'idée est toute simple : Claudine Morel propose un abécédaire de métiers inventés. Imitateur de poules, Joueur de savon, Marmonneur de gros mots... Les professions en question sont de véritables trouvailles, à la frontière de l'humour, de l'espièglerie et de la poésie.
Mise en page et illustration sont minimalistes mais efficaces. 
La page finale reprend les lettres subtilement habillées d'un détail qui permettra à l'enfant de refaire l'inventaire de ces métiers qui donnent envie de devenir adulte !

Réveille-toi Walter ! / L. Francis ; P. Gaudesaboos. - La Pastèque, 2019

Walter a la sommeil lourd, très lourd. Qui va même finir par devenir permanent : impossible de le réveiller, au grand désespoir de ses parents et des nombreux spécialistes consultés. Les méthodes déployées pour réveiller Walter et les catastrophes  provoquées par son sommeil jouent la démesure. La solution elle est d'une simplicité confondante et tient dans la présence d'un  chien, compagnon de jeu et de tendresse.
Détail important : sa présence, dès la première page et tout au long de l'album -ignorée puis prépondérante- nous invite à porter davantage attention à ce qui nous entoure.
Mention spéciale également à l'illustration qui apporte tant de vivacité à son sujet léthargique.

Le livre des premières fois / S. Daniel ; R. Badel. - Sarbacane, 2019

Il y en a des premières fois dans une vie ! Stéphane Daniel en liste une quarantaine, auxquelles répondent les deuxièmes fois. 
« La première fois que j'ai fait un gâteau,
je suis le seul à l'avoir trouvé bon. 
La deuxième fois, même moi je l'ai trouvé mauvais. »
Ronan Badel, avec ses vignettes en 2 temps et son sens du détail, transforme l'essai dans un humour pince sans rire. 
Deux expériences ne suffisent pas à la maîtrise d'une activité mais la persévérance a ici le mérite de faire rire. 

Chère Mamie / E. Chazerand ; C. Dutertre. - Elan vert, 2019

Tout commence par une lettre de Jonathan, qui souhaite bonne fête à sa grand-mère, non sans lui rappeler le caractère obligatoire de cette missive. « Si je ne le fais pas, maman me prive de télé pendant un mois. » Grand-mère Micheline lui répond sur le même ton : elle veut éviter les remontrance de sa fille.
Leur correspondance prend alors une tonalité plus détendue, qui voit les petites piques alterner avec les confidences... La complicité s'installe toujours plus sûrement. 
Sous l'humour vachard, une tendresse indéniable, et une relation d'égal à égal, dans la franchise. 

Un ours rentrait dans sa tanière / I. Wlodarczyk. - Lirabelle, 2018

Un ours se promène dans la taïga enneigée et somnolente. En rejoignant sa tanière, il croise un renard, un pivert, un écureuil, tous sont unanimes : l'ours dérange. « Reste dans ta tanière. » Ce grand froid se prête en effet à l'hibernation, ce que l'ours va s'employer à faire consciencieusement, douillettement.
Magnifiques illustrations pleine page qui rendent hommage, en gros plans, aux animaux de la taïga. Gros plans qui seront d'autant mieux mis en valeur dans le format kamishibaï

Ribambelle / C. Bergame ; L. Fanelli. - Lirabelle, 2018

Yumi s'ennuie. Il pleut. Peut-être pourrait-elle inaugurer son nouveau parapluie ? Dehors, le vent s'est levé, emportant Yumi. Papa se précipite pour la rattraper mais s'envole à son tour. A sa suite, Maman, Grand-papa, Grand-Maman... Une ribambelle balaie le ciel tempétueux, chaîne familiale dont les maillons sont différentes chaussures japonaises. 
Tout ce petit monde a l'air fort réjoui de cette balade aérienne impromptue. Un autre protagoniste a le sourire aux lèvres, tout comme le lecteur qui découvrira cette chute réjouissante. 
L'histoire existe également en format kamishibaï, qui se prête particulièrement à cette histoire au vent joyeux.

Une place pour tous : il y a toujours deux versions d'une même histoire / K. & J. Temple ; T. R. Baynton. - Circonflexe, 2019

2 phoques se voient refuser l'accueil sur des rochers. « Rentre chez toi ». Le manifeste est répété, refoulant encore et encore les deux exilés. En dernière page, l'auteur s'étonne. « Il n'y a pas de place pour tous ? Comment est-ce possible ? » Le lecteur est alors invité à lire l'album à rebours, pour appréhender une autre version de l’histoire, basée sur l'hospitalité. 
Le texte est découpé de telle façon que le procédé fonctionne bien. Le propos est clair : une même problématique peut s'envisager différemment et, selon l'intention, trouver ou non des solutions.

Voir la notice

Escargogo / Mathis. - Magnier, 2019

Petit carré cartonné pour premiers jeux de mots. 
Escargorille ou escargoret, Escargobelet ou escargomme, c'est donc l'escargot qui fait les frais de ces fantaisies stylistiques et esthétiques, c'est décalé et drôle. 
Des escargots à gogo !
Voir la notice

Une rage de lion / G. Pesavento ; S. Zanella. - Sassi, 2019

Lion a la colère facile. Ce simple petit caillou sur sa route suffit à le mettre hors de lui. Littéralement. Sa colère jaillit de lui, fureur personnalisée par un double de lui plus brouillon, plus noir, plus féroce bien sûr. Un jeu de miroir qui mettra un temps à s’équilibrer pour une harmonie enfin atteinte. 
La colère peut être néfaste mais, lorsqu'elle fait partie de nous, peut heureusement être contrôlée, apprivoisée, circonscrite.
Voir la notice

La prodigieuse Maïa / M. Castrillon. - La Martinière jeunesse, 2019

La toute petite Maïa est impressionnée par les nombreux exploits de ses tantes. Impressionnée mais aussi complexée : comment pourrait-elle égaler ses formidables aïeules... 
Mais voici qu'un hibou la kidnappe et lui demande de venir en aide aux animaux effrayés par « un monstre dans le jardin qui sème le chaos.  » « Je n'ai rien de prodigieux, dit-elle, mais je ferai de mon mieux. » 
Elle aura bientôt elle aussi des grands exploits à raconter, et un nouveau compagnon étonnant...
Cette minuscule héroïne occupe pleinement les pages colorées, dans une suractivité courageuse, ingénieuse et pacifiste.

L'Assistante de Baba Yaga / M. McCoola, E. Carroll. - Editions Kinaye, 2019. - (Graphic Kids)

BD fantastique qui raconte l'histoire de la jeune Masha. Quand celle-ci apprend que son père va se remarier, elle décide de fuguer. Masha part alors en direction de la forêt hantée. Répondant à l'annonce d'une recherche d’assistante, elle subit un certain nombre de tests. Pour les réussir, elle utilisera les conseils donnés par sa grand-mère.
Ce comics met en scène le folklore et les contes russes à travers le personnage de Baba Yaga. Nommé au Eisner dans la catégorie "meilleure publication pour enfant", cette BD est une très bonne surprise. La dessinatrice Emily Carroll, auteure de Speak, nous montre une fois de plus tout son talent.
Voir la notice

Chut ! Il ne faut pas réveiller les petits lapins qui dorment / A. Jackowski. - Rouergue, 2019

Petit carré cartonné, randonnée à dérouler avant de s'endormir. « Le chien se promène sous la lune dodue (...) La grande ourse s’étire et baille dans son lit de laine. » Chut ! Il ne faut pas réveiller les petits lapins qui dorment ...
Les couleurs sont douces, dans des contrastes néanmoins marqués, les sens sont sollicités pour une invitation à ralentir le rythme, après avoir porté attention à la vie nocturne. 

La femme du potier / Kuro Jiki. - HongFei, 2019

Le potier Ahmad Reza est un potier reconnu, dans sa maîtrise parfaite des règles et des lois qui régissent le métier. Sa femme l'observe, admirative, émue de cette motte d'argile façonnée sous ses mains. 
Elle profite d'une de ses absence pour pénétrer dans l'atelier qui lui est pourtant interdit. Sa passion ne fait que se confirmer, elle s'exercera en secret à la moindre occasion. Son mari découvrant l'affaire se heurte du manquement flagrant aux règles ! Le visiteur, lui, porte un tout autre regard sur les créations de la femme du potier. 
Ce changement de perception trouve écho dans la progression chromatique des pages, du jaune au rouge (de colère et de jalousie) pour terminer sur une couleur plus douce. De même, la femme absente de la première page se trouve dans la dernière en premier plan.
Sous un nouveau pseudonyme, Dedieu met en scène l'affirmation d'une femme, d'un art et l'éducation d'un homme qui peine à se réjouir sincèrement de la réussite de sa femme.

Le vol / C. Barber ; L. Giraud. - Les 400 coups, 2019

Philémon Croquenot est un fieffé  voleur, avec à son actif 401 vol de 401 paires de chaussures. Il faut bien suivre la mode ! Sa prochaine convoitise : des tongs fleuries couleur soleil avec double rangée de pétales. Direction la plage. Sa voisine Huguette en possède une paire, quelle aubaine ! Les dialogues s’enchaînent, la manœuvre est habile, les tongs sont à Philémon... Voilà une affaire rondement menée.
Focus final sur Huguette, qui n'a rien d'une victime !
Morale habilement détournée dans cet album malicieux.

Les larmes / S. Delacroix. - Bayard jeunesse, 2019

Il y a toutes sortes de larmes, les éclats en sanglots, les larmes silencieuses, celles qu'on veut montrer et celles qu'on veut cacher, celles plus tenaces qui « menacent de tout emporter (;) alors, c'est bon de trouver deux bras auxquels se raccrocher. »
Il est bon de parler des chagrins, de rappeler qu'il concerne les filles comme les garçons, les enfants comme les adultes ; que les larmes n'ont rien de honteux : « quand on pleure, ça nettoie, à l'intérieur » et on se sent ensuite «  prêt à retourner au dehors. »
Illustrations forcément expressives dans les gris et vert amande, avec une double page finale qui laisse éclater la légèreté retrouvée. 
Voir la notice

L'espion qui croyait : l'histoire vraie du complot pour tuer Hitler / J.Hendrix. - Steinkis, 2019

L'auteur revient sur l'histoire de Dietrich Bonhoeffer, pasteur luthérien qui a dès le départ prit conscience de la menace hitlérienne. Co-fondateur de "l’Église Confessante" (qui refusa de se plier à l'idéologie d'Hitler), Dietrich Bonhoeffer se décida avec d'autres résistants à tuer Hitler. Devenu espion au service du "Cercle de L'Abwehr", il prit part aux différents complots contre Hitler, notamment à l'"Opération Walkyrie". Jeté en prison, il fut exécuté quelques semaines avant le suicide d'Hitler.
A travers l'histoire de Dietrich Bonhoeffer, John Hendrix nous propose une plongée dans l'histoire allemande durant la seconde guerre mondiale. Il met ainsi en lumière la résistance allemande au sein même de l'armée. BD documentaire construite sous forme de récit illustré. BD très intéressante, agréable à lire,  à conseiller à des lycéens et  adultes.

Speak / E. Carroll ; adapté de L.H. Anderson. - Rue de Sèvres, 2019

Mélinda, jeune fille de 15 ans, est victime d'un drame lors d'une fête. Dès lors sa vie devient un cauchemar. Rejetée par les élèves de son école, elle se mure dans le silence et se sent coupable. Son comportement en classe change et ses notes chutent. Seuls les cours d'art plastique lui permettent de s'exprimer. Parviendra-t-elle alors à se sortir de cette situation ?
Roman graphique autobiographique poignant qui met en avant l'importance de la parole, de la reconstruction après un viol. Le graphisme en noir et blanc accentue cette atmosphère pesante. 

Diabolo fraise / S. Bensalah. - Sarbacane, 2019. - (Exprim)

Sven est un spécialiste reconnu de la pédagogie bienveillante. Sa théorie s'appuie sur une solide expérience : celle d'une famille de 4 enfants, 4 filles.
L'aînée, Antonia, vient d'apprendre qu'elle est enceinte tandis que sa cadette Marieke s'emploie à vivre sa première expérience sexuelle. Jolène désespère d'avoir un jour ses règles et de se réconcilier avec elle-même. Mais « comment s'accepter quand t'as rien à accepter, sinon une silhouette osseuse. » La benjamine, Judy, tente quant à elle de trouver sa place. « Ses sœurs lui offrent un idéal de vie fascinant, un avenir plein de belles promesses. Elles sont une émulation constante ». Mais il faut bien reconnaître qu'il est difficile d'être « à la hauteur de ses sœurs ».
Ne pas se fier à la couverture apparemment girly qui ne trouvera pleinement son sens qu'à la lecture de ce roman abordant sans détour et avec humour le rapport au corps, les premières fois, le couple, et au détour l'écriture inclusive, l'excision mentale...
Très bel hymne à la sororité, à la spontanéité, au désir qui prend des rythmes et des expressions différentes. A la liberté enfin, d'être soi.

Moxie / J. Mathieu. - Milan, 2019

Révoltée par l'attitude sexiste des élèves de son lycée et quelque peu vexée d'être vue comme une ado « si sage et obéissante », Vivian décide de passer à l'offensive.
Elle créé un fanzine qui dénonce les remarques sexistes impunies, les défis et concours organisés par les garçons au détriment des filles, les inspections vestimentaires qui ne concernent que les filles et ne font « qu'alimenter l'idée reçue que les filles doivent contrôler leur corps et leur comportement, pendant que les garçons donnent libre cours à leurs pulsions et à leur instinct comme des animaux. »  Sa révolte trouve progressivement écho auprès des filles de son lycée qui se révèlent solidaires.
L'évolution de Vivian sonne juste, tiraillée entre sa volonté de justice et sa peur de se distinguer. On aime lorsque le mouvement s'élargit, dans une dynamique d’intersectionnalité, lorsqu'elles prennent conscience que  « les filles représentent une force révolutionnaire puissante qui peut changer le monde. » Un monde qui pour l'heure pense qu'on peut se sentir flattée lorsqu'on subit une agression sexuelle...
La puissance des filles pour les filles !
Voir la notice

Stop !! Hibari-Kun ! t.1 / H. Egushi. - Le Lézard noir, 2019

A la mort de sa mère, le jeune Kôsaku est recueilli par le chef de la mafia Ôzora. Arrivé dans sa nouvelle maison, il est accueilli par toute la famille et tombe rapidement sous le charme de la jeune Hibari. Or Kôsaku apprend que celle-ci est en fait un garçon efféminé. Très vite les situations gênantes se multiplient d'autant plus qu'aux yeux de tous Hibari est une fille.
Ce "Gag Manga" d'Hisashi Eguchi, contemporain du célèbre manga Dr Slump, a reçu un excellent accueil dans les années 80. Le style graphique est typiquement celui des "shônen" de ces années-là où les gags étaient courants. Il est à remarquer notamment un soin particulier pour la représentation des personnages féminins. Mais au-delà de cela, ce manga traite avec force et finesse d'un sujet délicat : la transidentité.
Voir la notice

Babylon Berlin / A. Jysch. ; adapté de V. Kutscher. - Glénat, 2019

Allemagne, années 20. L'inspecteur Gereon Rath de Cologne est muté à la brigade des mœurs de Berlin à la suite d'un homicide involontaire. Mais très vite, il souhaite intégrer la prestigieuse brigade criminelle. Pour y parvenir, il s'implique pleinement dans la résolution d'un crime. Mais cette affaire est plus complexe qu'il n'y paraît. Là, il découvrira la nuit berlinoise, la corruption, le soupçon entre policiers et la méfiance.
Très bonne adaptation du roman policier de Volker Kutscher. Le scénario très bien ficelé nous tient en haleine. C'est une véritable plongée dans l'Allemagne de la "République de Weimar" où s'opposent communistes du KPD et les groupes d'extrêmes droites (casques de fer et SA).
Voir la notice

Le poing levé / S. Stranger. - Bayard, 2019

Émilie, 17 ans, fait son shopping lorsqu'elle aperçoit un garçon de son âge apposer sur les vêtements des étiquettes dénonçant leurs conditions de fabrication. Émilie y pense, à ça comme à ses devoirs ou à Mathias, sujet parmi d'autres.
Mais une prise de conscience s'est enclenchée et l'attirance pour Antonio (le jeune militant) aidant, Émilie rejoint le groupe d'activistes et participe à leurs actions. Ils dénoncent tour à tour le travail des enfants dans le domaine de l'habillage, de l'alimentation, les conditions de travail des ouvriers chinois, les élevages concentrationnaires d'animaux...
Un peu guindé dans la narration mais salvateur dans le message invitant les consommateurs que nous sommes à penser ce qu'impliquent nos achats. 

Seul sur Mars ? / J. Agee. - Seuil, 2019

Un astronaute raconte son voyage sur Mars : sa mission consiste à trouver des traces de vie. Il arrive persuadé d'y parvenir, repart dépité. « Rien ni personne ne pourrait survivre sur cette planète. » A part cette fleur mais ce n'est pas ce qu'il espérait. 
L'illustration quant à elle raconte une toute autre réalité et la chute, point de jonction de ce décalage entre texte et images, nous invite à aiguiser notre regard, sans impatience ni idée préconçue...

Guernica / B. Loth. - La Boite à bulles, 2019. - (Libre d'images)

Espagne, 1937, la ville de Guernica est ravagée par une attaque aérienne sans précédent. Ce crime de guerre entrera dans l'histoire comme le premier bombardement aérien de civils et comme la source d'inspiration pour Pablo Picasso d'un de ses tableaux les plus célèbres.
Guernica de Bruno Loth est une fenêtre ouverte sur l'histoire qu'on ne raconte pas : la destinée de ceux dont la vie fut anéantie, en même temps que leur ville. 
Voir la notice

Noire : la vie méconnue de Claudette Colvin / E. Plateau ; d'après T. de Montaigne. - Dargaud, 2019

Années 1950, à Montgomery, Alabama. Ici, la ségrégation règne. Ici, être Noir c'est n'avoir aucun droit. Mais, le 2 mars 1955, la jeune Claudette Colvin, âgée de 15 ans, refuse de céder sa place à une passagère blanche. 9 mois avant Rosa Parks, elle devient la première noire à plaider non coupable et à poursuivre la ville en justice. Malgré sa condamnation et son séjour en prison, elle décida de continuer le combat. Pourtant son nom tombera dans l'oubli.
Si l'Histoire a retenu Rosa Parks, quel a été le quotidien de celles et ceux qui, jour après jour, ont également combattu la ségrégation et défendu l'égalité et leurs droits ?
Très belle BD biographique servie par un dessin minimaliste, simple. Avec ce titre, Émilie Plateau  rend hommage à cette adolescentes (presque) comme les autres.

L'arbre de Sobo / M. Sellier ; C. Gastaut. - Réunion des musées nationaux, 2019

Près d'une maisonnette isolée de la campagne japonaise, auprès de l'arbre si cher à son aïeule, Kimi se souvient... Elle a passé tant de vacances auprès de sa grand-mère Sobo, qui lui a appris à broder, à apprécier la nature et les animaux, et tellement plus... Maintenant qu'elle n'est plus là, que reste-t-il de son héritage ?
Album envoutant autour de la transmission, teintée de métempsycose, aux illustrations splendides. Le deuil a rarement été évoqué de manière aussi paisible.

Les gens normaux / M. Escoffier ; l. Monloubou. - Kaléidoscpe, 2019

Zita est dépitée : Logan lui a jeté, sans explications : « T'es pas normale ». Elle décide donc de mener l'enquête et d’approfondir ce concept de normalité. Son corpus d'analyse : sa classe ; sa grille : ce qui fait majorité.
Mais il y a tellement de façons d'observer un groupe, selon les circonstances, que sa distinction normal/pas normal ne cesse d'évoluer ; au final tous, se révèlent « Pas normal ». Sauf un. 
Se pourrait-il que le concept de normalité, appliqué aux humains, soit un concept fumeux ?
Par une démonstration ludique, Michaël Escoffier refuse toute légitimé à l'insulte première et déculpabilise chacun dans son sentiment de bizarrerie. 

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur / F. Fordham ; d'après H. Lee. - Grasset, 2018

Livre culte dans le monde entier, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur raconte l'histoire d'Atticus Finch, jeune avocat, qui élève seul ses deux enfants Jem et Scout. Lorsqu'il est commis d'office pour la défense d'un homme noir accusé d'avoir violé une femme blanche, la vie de la  petite famille bascule. Nous sommes dans les années 1930, dans une petite ville de l'Alabama et certaines vérités peuvent être dangereuses à démontrer... 
Grâce au talent de Fred Fordham, ce roman graphique donne une nouvelle vie au chef d’œuvre d'Harper Lee. L'illustrateur a exploré les lieux qui ont compté pour la mythique auteure américaine en se plongeant dans sa vie afin de s'approcher au plus près de son imaginaire. Fred Fordham offre un éclairage inédit du texte avec ce magnifique ouvrage qui renforce encore la modernité de l'oeuvre d'Haper Lee. 
Voir la notice

Sasmira t.4 : La petite boite rouge / L. Vicomte ; A. Bernabé. - Glénat, 2018. - (Grafica)

Cette série est une véritable curiosité éditoriale. Débutée en 1996, le deuxième tome attendu et désiré par les fans est édité en 2011. Ce quatrième et dernier volet vient clore la série en 2018. La tâche est immense. Les dessins de Vicomte ainsi que le premier tome participaient à l'ambiance ésotérique du scénario. Il ne fallait pas que cette atmosphère retombe.
L'histoire est la suivante : Stanislas est un musicien hanté par le souvenir d'une vieille femme inconnue, mourant dans ses bras en prononçant son nom. Avec Bertille sa compagne, il répond à son appel et débute un voyage dans les temps sur les traces de Sasmira, une princesse illégitime égyptienne condamnée à vivre éternellement.
Scénario fantastique, ésotérisme et monde parallèle sont parfaitement maîtrisés. Ils sont accompagnés d'illustrations sublimes.
Voir la notice

Le prince et la couturière / J. Weng - Akiléos, 2018

Le prince Sébastien cherche sa future femme, ou plutôt, ses parents lui cherchent une épouse. De son côté, Sébastien est trop occupé à garder son identité secrète à l'abri des regard indiscrets. La nuit, il revêt les tenues les plus folles et part à Paris sous le nom de Lady Crystallia, l’icône de mode la plus courue de la capitale !
Sébastien a une arme secrète : sa couturière, Francès, une des deux seules personnes à connaître son secret (avec sa meilleure amie). Mais Francès rêve de s'accomplir par elle-même, or rester au service du prince lui promet une vie dans l'ombre pour toujours. Combien de temps Francès supportera-t-elle de vivre dans le boudoir de Sébastien en mettant ses rêves de côté ?
Tome unique, histoire complète, Le prince et la couturière est une BD jeunesse réussie. Les dessins sont superbes. Elle rappelle la BD d’Agnès Maupré : Le chevalier d’Éon. Prix Jeunesse 2018 au Festival de la BD d'Angoulême

L'argent fou de la Françafrique - l'affaire des biens mal-acquis / X. Harel ; J. Solé. - Glénat, 2018

De l'après-guerre aux années 60, les empires coloniaux disparaissent tour-à-tour alors que les peuples prennent le droit de disposer d'eux-mêmes. En Afrique de l'Ouest, les anciennes colonies françaises se transforment en une mosaïque d’États souverains. La démocratie et les droits de l'homme deviennent enfin universels, mais pas pour longtemps. Dans les faits la France continue de veiller de très près à ses intérêts. En ces temps de guerre froide, les ressources énergétiques du continent noir s'avèrent particulièrement stratégiques. Un système basé sur la corruption généralisée se met en place : La "Françafrique".
Le stratagème est simple mais terrifiant. Des dictateurs s'assurent de l'appui inconditionnel de l’Élysée en échange de l'argent (tous les partis politiques sans exceptions financent ainsi leur campagne électorale) et d'accès privilégiés aux entreprises de l'Hexagone. Les valises pleines de liquides commencent à circuler depuis lors ; c'est toujours le cas. Évidemment, officiellement tout ceci n’existe pas. Officieusement tout le monde détourne le regard face aux excès de certains.
BD de reportage très éclairante. On voudrait croire que tout cela est de la fiction mais...

Guarani : les enfants soldats du Paraguay / D. Agrimbau ; G.L Ippóliti. - Steinkis éditions, 2018

Hiver 1869 : Pierre Duprat se rend au Paraguay pour photographier les jeunes indiennes dénudées de la tribu des Guarani. Sous prétexte de l'ethnographie, ses clichés sont destinés au public parisien avide de beauté indigène... Mais l'exotisme et l'aventure vont vite laisser place à l’horreur. Duprat assiste à une des batailles les plus sanglantes de l'Histoire : celle de Acosta Ñu.
C'est la fin de la Triple Alliance (Argentine, Uruguay, Brésil) qui combat le Paraguay. Il n'y a plus d'hommes en âge de combattre mais le Paraguay refuse la reddition. Ce seront donc les enfants qui iront au front. 3 000 enfants combattent 20 000 soldats brésiliens et argentins. Le massacre dure 7 heures. Le cynisme de Duprat s’effondre. Il lui faut témoigner.
BD utile qui nous montre une fois de plus l'horreur de la guerre. 
Voir la notice

Les Dessous de Pointe-Noire / KHP. - L'Harmattan, 2018. - (L'Harmattan BD)

Au cœur de Pointe-Noire, cité économique du Congo et porte océane de l'Afrique centrale, la prostitution est devenue ces dernières décennies une activité économique comme les autres du fait de la pauvreté et du chômage. Naomie et son amie Yevline cherchent à s'en sortir en séduisant les Européens célibataires qui pourraient les emmener en France, nouveau paradis fantasmé par la jeunesse locale.
Les Dessous de Pointe-Noire est un état des lieux de ce qui se passe encore au Congo français. Les dialogues sont parfois un peu kitsch. Le dessin réalisé à la pointe Bic est magnifique.

Morts par la France : Thiaroye 1944 / S. Lehman ; F. Peeters. - Les Arènes, 2018. - (Les Arènes BD)

1er décembre 1944, camp de Thiaroye, dans la banlieue de Dakar. L'armée française ouvre le feu sur des centaines de tirailleurs sénégalais tout juste rentrés de quatre années de captivité.
Après un travail de recherche acharné de plus de vingt ans, l'historienne Armelle Mabon a découvert qu'il s'agissait en réalité d'un véritable crime d’État prémédité. Ce sont plus de 300 hommes qui auraient été froidement exécutés par l'armée française. Archives maquillées, faux rapports, documents dissimulés, intimidations nous sommes face à un mensonge officiel qui perdure encore aujourd'hui. 
Très triste histoire  de "l'Histoire maquillée". La fin de cette BD très utile reste à écrire.
Voir la notice

Ailefroide : altitude 3954 / J.-M. Rochette ; O Bocquet. - Casterman, 2018

Jean-Marc Rochette raconte sa jeunesse comme alpiniste à Grenoble, comment il fait le mur pour aller s'entrainer. Mais après la mort de plusieurs copains et un grave accident, où il a eu la mâchoire emportée et la langue sectionnée, il s'est calmé et est devenu dessinateur.
Récit initiatique d'un garçon qui rêvait de grimper et devint dessinateur. Ailefroide  : altitude 3954, graphiquement excellent,  nous montre la passion de l'auteur pour l'alpinisme.
Voir la notice

Congo 1905 : le rapport Brazza : le premier secret d'Etat de la "Françafrique" / T. Thil ; V. Bailly. - Futuropolis, 2018

Au XX°siècle naissant, L'Afrique est un enjeu majeur pour les puissances européennes et les grandes entreprises privées. Alors que le bassin du Congo devient le théâtre de tensions internationales croissantes,la presse se fait l'écho de crimes commis envers les populations locales. 
BD très bien construite, le dessin est très bien fait. C'est un portrait rugueux qui suscite le rage en dénonçant des pratiques qui hélas sont encore tristement actuelles.

Le Lac de Feu t.1 à t.3 / N. Fairbain ; M. Smith. - EP éditions, 2018

Pyrénées françaises, an 1220 : la croisade contre les albigeois bat son plein. Mais quand un vaisseau spatial grouillant de prédateurs sanguinaires s'écrase quelque part dans les montagnes, une poignée de croisés, un cathare, Mondragon, un vieux guerrier irascible, Frère Arnaud et un inquisiteur hystérique doivent faire équipe pour protéger le Royaume de Dieu et empêcher que ne s'installe l'Enfer sur Terre.
Entièrement paru depuis janvier, ce triptyque constitue une bonne surprise, au niveau du graphique magnifique de Nathan Fairbairn comme du scénario de Matt Smith, qui développe un récit fantastique efficace dans un contexte historique bien reconstitué (cathares, inquisition, chevalerie...)


Garçon et fille bricolent / H. M. Larsen ; M. K. Johsen. - Cambourakis, 2019

Nous retrouvons avec un grand bonheur Garçon et fille, toujours aussi terribles, qui se sont mis en tête de bricoler. « Plus rien n'est cassé. Tout a été réparé. » Qu'à cela ne tienne ! D'abord ils cassent (« C'est trop chouette !). Ensuite ils réparent (« C'est dur de réparer »). La grande personne arrive.. finie la rigolade.
Tout de guingois dans l'illustration et jubilatoire dans l'esprit, liberté et  tendresse mènent la danse !
Voir la notice

Petits tigres / J. Weaver. - Rue du monde, 2019

Maman Tigre est inquiète. Elle a entendu des hommes, elle et ses deux petits ne sont plus en sécurité : il faut se mettre à l'abri.
Le périple à travers la jungle est semé de rencontres, de découvertes, de moments de tendresse, la dernière double page représentant en ce sens un point culminant.
L'illustration, couleurs noir et tigre, rend pleinement hommage à la beauté et la puissance des tigres ; l'histoire quant à elle, au-delà de l'aspect randonnée, évoque également la menace de l'homme sur la nature et la notion d'exil.

La liste des choses à faire absolument / K. Klise ; M. S. Klise. - Albin Michel, 2019

Astrid a toujours connu Eli, « son garde du corps personnel, son coussin préféré, et parfois sa meilleure cachette ». Inséparables, ils n'ont « qu'une seule différence : Astrid était une fille, et Eli un garçon. Et un chien. » Par cette simple façon de les présenter, Kate Klise nous fait appréhender la force de leur relation. Eli est un ami avant d'être un chien. 
Astrid, lorsqu'elle remarque que son ami vieillit, décide d'une liste des choses à faire absolument avant qu'il ne devienne trop vieux. Eli commente.
Texte et illustrations se répondent dans une complicité remarquable, émouvante, apaisante et sans frontière spéciste.

Les filles peuvent le faire aussi ! ; Les garçons peuvent le faire aussi ! / S. Gourion ; I. Maroger. - Gründ, 2019

Livre tête-bêche qui élargie le champ des possibles pour les filles et les garçons. Finis les modèles stéréotypés ! Ici, qu'on soit fille ou garçon, on peut jouer, se déguiser, s'habiller, rêver... comme on le souhaite, sans se restreindre selon son genre.
« Tu peux être qui tu veux, l'essentiel est d’être heureux ! (...) Garçon ou fille, TOUT EST PERMIS. »

Voir la notice