Tarte aux pêches tibétaine / Tom Robbins. - Gallmesiter, 2018. - (Americana)

"Si le charme était une baignoire, Richmond aurait pu accueillir une centaine de canards gonflables et avoir assez de place pour la moitié de la Royal Navy." p. 213
Nous pourrions dire, n’en déplaise à l’auteur, qu’il s’agit d’une espèce de roman autobiographique par séquences, enrichi de belles pointes d’humour, d’un écrivain américain octogénaire sorti d’un milieu baptiste d’un bled des Appalaches. Dans le premier tiers du livre qui va jusqu’à ses 21 ans, nous faisons la connaissance d’un jeune Tom Robbins qui a le goût du cirque et des fêtes foraines, d’Halloween (celles d’antan), fasciné par les films de Tarzan et plus tard ceux avec Natalie Wood, qui se raconte des histoires qu’il invente en frappant le sol du jardin avec un long bâton de conteur, autant d’occasions de développer son imagination. Cette période se clôt par son mariage et, après quelques études, un engagement sans vocation dans l’Air Force. Dans le second tiers, peut-être encore plus réussi et passionnant, nous assistons aux multiples évolutions de Robbins. Si le gamin avait connu la Grande Dépression, l’adulte se prend de plein fouet la révolution des années 60. Découverte du jazz et de la peinture, des artistes de la contre-culture, de la bohème américaine dans un grand courant de transformation spirituelle, sexuelle et sociale. C’est dans cette période beatniks qu’il débute le journalisme et développe des idées hérétiques antiracistes et pacifiques. Il aime les femmes, le mysticisme oriental et s’essaye à des expériences avec des substances psychédéliques, les petites pilules bleues (LSD). Dans le dernier tiers, paradoxalement pas celui le plus intéressant, nous suivons le romancier à l’œuvre jusqu’à la reconnaissance du public. Il y fait un troisième puis un quatrième mariage et paraît parvenir enfin à une certaine stabilité. Il y rapporte aussi des anecdotes de voyages à l’étranger, en Afrique ou en Asie. Au final, il s’agit d’un roman que le talent de Robbins rend truculent et divertissant et le pari n’était pas gagné d’avance.

Avis : ***   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire