Calpurna et Travis / J. Kelly. - Ecole des loisirs, 2017. - (Médium)

Dans le premier opus, Calpurnia affirmait sa curiosité de scientifique, en butte aux us de l'époque qui la souhaiterait docile et absorbée par les tâches ménagères. Le nouveau siècle est là, 1900 apporte son lot de nouveautés mais Calpurnia a toujours du mal à faire entendre ses aspirations, même au sein de sa famille. Patiemment, inlassablement, elle observe les phénomènes naturels et les animaux (« Toutes les formes de vie s'imbriquaient les unes dans les autres, et il ne fallait en négliger aucune ») ; expérimente au côté de son grand-père (« On apprend davantage de ses échecs que de ses victoires. Et plus l'échec est spectaculaire, plus la leçon est édifiante. ») ; et comprend que son indépendance financière sera la condition de sa liberté. 
Son petit frère Travis, éternel sauveteur d'animaux en détresse, au « visage rayonnant de bonheur, à désarmer un régiment », accompagne sa sœur dans ces péripéties. Il lui vole véritablement la vedette, car si l’on avait aimé la naissance d'un esprit audacieux dans Calpurnia, l'association faite ici entre esprit froid, méthodique et sciences la rend plus insensible, davantage préoccupée par son devenir que par celui de ses sujets d'observation, et même de son frère.
Voir la notice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire