Gloria / M. Pouchain. - Sarbacane, 2017. - (Exprim')

« Elle ne fait que ça depuis qu'elle est née : essayer de se faire aimer. » Par sa mère d'abord, qui ne vit que dans le souvenir de son fils décédé. Par son prof de théâtre au lycée, qui la congédie dès qu'il la sait enceinte. Par le monde entier ensuite, quand elle tente sa chance pour devenir actrice à Los Angeles. Entre temps, elle a confié son fils à une dame en mal d'enfant. Mais lorsqu'elle réalise que d'une part ses rêves de gloire ne la mènent nulle part mais qu'en sus elle ne pourra plus avoir d'enfant, Gloria cesse d'être la poupée parfaite qui s'écrase devant tous et prend les choses en main. « Gloria n'a jamais eu beaucoup de chance dans sa vie, mais heureusement, il y a toujours eu un truc pour l'empêcher d'aller trop loin quand elle était sur le point de se perdre ». En l’occurrence, la frontière est ténue, le "trop loin" si proche...
L'histoire de Gloria est tracée dans les grandes lignes, le style sans ambages, avec cette récurrence d'un besoin assoiffé d'amour que seule la rencontre avec Jamie saura apaiser.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire