Envole-moi / A. Heurtier. - Casterman, 2017

15 ans, c'est jeune pour le grand amour mais Swann est absolument certain que son cœur « ne sera jamais plus grand de quelqu'un qu'il ne l'est de (...) Joanna. » Et le fait qu'elle soit dans un fauteuil roulant n'y change rien. Alors peu importe l'avenir, ils vivent leur amour, intensément, follement, avec cette volonté d'« étonner l'autre avec un peu de soi ».
Pour le moment, mieux vaut éviter d'y mêler les autres : « J’aurais beau affirmer qu'elle est une symphonie, un roseau, je suis sûr qu'ils ne retiendraient que le côté « Roulez jeunesse » de la description. » Swann se concentre sur la surprise qu'il veut faire à Joanna : lui permettre de réaliser son rêve d'enfance, danser, partant du postulat que le handicap n’ampute pas le corps de son pouvoir d'expression. 
Ce roman est à l'image du titre, positif ; il tire ses personnages vers le haut, et nous avec. Le ton sonne juste, tant sur les difficultés vécues par les personnes handicapées moteur et le regard porté sur eux, que dans la complicité qui unie les deux amoureux. Joanna refusant obstinément la pitié, lui oppose une ironie joyeuse et trouve en Swann un partenaire de choix. Du plaisir pour le lecteur. 
«  La nuit, tout paraît tellement différent. 
Pourquoi est-ce précisément le moment que l'on choisit pour dormir 
alors qu’on a la sensation de pouvoir y vivre si intensément ? »
Voir la notice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire