Les Flagrants délires d’Hendrik Groen / Hendrik Groen. - Presses de la cité, 2017

« J’ai de plus en plus de fuites. Sur le blanc, les taches pisseuses ressortent. Je préférerais avoir des slips jaunes. » p. 13
« Je suis décidé à ne pas me laisser abattre par la mort, celle des autres du moins. » p. 262
Hendrik Groen, 83 ans un quart, s’ennuie ferme dans une maison de retraite des Pays-Bas, loin d’être la plus cotée, et pense parfois à l’euthanasie comme une solution. Lorsqu’il crée avec quelques autres résidents, parmi les rares supportables, le VIMAPEM, le club des VIeux MAis Pas Encore Morts, les choses changent complètement. Par chacun à tour de rôle, des sorties sont programmées dont le contenu ne sera dévoilé qu’au dernier moment. Amitié, solidarité et bon temps en perspective et merde aux rabat-joie. Le livre dans un style très simple présente le journal de l’année 2013 d’Hendrik, journal-thérapie qui lui permet d’évoquer sa vie, ses pensées, ses coups de gueule, ses émotions et d’aiguiser son regard et sa mémoire. En dépit d’une partie des sujets (vieillesse, charge financière des personnes âgées, maladie, euthanasie), c’est plein d’humour (certes la politesse du désespoir…) et donne un peu de lumière aux dernières années de nos vies. Lecture facile, roman agréable, pas exceptionnel pour autant.

Avis : **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire