Koala / Lukas Bärfuss. - Zoé, 2017

« Peut-être sa vie n’avait-elle rien mérité d’autre que d’être jetée à la poubelle comme les restes d’un repas qui commencent à moisir. » p. 38
Le demi-frère du narrateur avec lequel il entretenait très peu de contact vient de se suicider. Cela suscite chez lui beaucoup d’interrogations et de réflexions, une longue introspection qui tourne finalement assez vite en rond. Usant du prétexte que ce demi-frère avait pour totem le koala chez les scouts, le roman part ensuite dans une digression qui représente rien moins que plus de la moitié du livre. C’est d’abord une longue histoire documentée de la colonisation de l’Australie puis, dans un étrange parallèle avec le suicidé, un regard appuyé sur l’existence du fascinant koala, le tout avec d’autres incises de types documentaires. Même s’il y a des passages remarquablement écrits et d’autres riches en informations, on reste assez troublé par la façon de faire même si au final l’auteur réussi à rejoindre son sujet de départ.

 Avis : **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire