Le petit prince de Calais / P. Teulade. - La Joie de lire, 2016. - (Hibouk)

« L'Erythrée est l'un des pays les plus pauvres du monde. Un pays violent où l'on torture ceux qui ne sont pas d'accord avec le gouvernement. » Aussi, lorsque l'on décide pour lui de l'engager dans l'armée, il n'est pas d'autre choix pour la famille de Jonas de le contraindre au départ. Rejoindre la France, puis l'Angleterre et tenter de sauver sa peau. Pour Jonas si jeune, innocent, rêveur, cette perspective paraît bien irréelle et pourtant le voilà parti... Jonas, surnommé par tous Le Prince, de par sa beauté et sa douceur, si spécial pour sa famille, si anonyme à Calais. Un groupe d'adolescents le prend néanmoins sous son aile, dans une solidarité intermittente.
Les étapes de l'exil sont juste évoquées, qui disent la violence sans insister. Ce qui est bien  prégnant néanmoins, c'est la perte de l'innocence, de la confiance et bientôt de l'espoir pour Le Petit Prince de Calais. La fin, dans le même esprit que le roman, préserve un minimum le lecteur. Mais nous rappelle que les immigrés, qu'ils soient afghans, somaliens ou syriens sont livrés à leur sort implacable. Sous notre regard indifférent.
Voir la notice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire