Et mes yeux se sont fermés / P. Bard.- Syros jeunesse, 2016

Maëlle s’est radicalisée en quelques mois sur les réseaux sociaux. Un jour, elle a quitté Le Mans pour rejoindre Raqqa, en Syrie. Pourtant, quelques mois plus tard, elle est de retour en France, enceinte et ne répondant plus qu’au prénom d’Ayat. Elle est rentrée pour le bébé et parce qu’elle avait peur, mais l’idéologie de Daesh continue d’imprégner son existence. Autour d’elle, tous ceux qui l’ont connue, l’ont vu changée ou ont partagé son quotidien en Syrie témoignent et offrent un nouvel éclairage sur l’histoire de Maëlle/Ayat.
Un roman d’actualité donc, qui fait écho avec d’autres publications sur le même thème : Ma Meilleure amie s’est fait embrigader et Little Sister. Et mes yeux se sont fermés apporte un regard complémentaire et nécessaire sur le rapt mental (c’est le terme) dont sont victimes les adolescents qui se laissent séduire par le discours de Daesh. Ce qui marque avec cette lecture, c’est l’aisance avec laquelle le groupe parvient à totalement « retourner le cerveau » d’ados un peu fragiles pour les transformer en personne capable de tuer ou de mourir pour une cause dont ils ignoraient totalement l’existence quelques semaines encore auparavant.
Voir notice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire