Le garçon qui parlait aux dauphins / G. Rorby. - Macha, 2016

Tous ont le sentiment qu'ils ne sont  que des « vies satellites » d’Adam. Adam, 4 ans, autiste profond, qui fait fuir toutes les nounous. Son père oncologue, a une vie professionnelle qui l'absorbe, d’autant plus parce qu'il se sent démuni face à son fils depuis la mort de sa femme. Lily sa demi-sœur, aime profondément Adam mais sa vie est entre parenthèse tant il accapare le temps et l'énergie de tous. Lorsqu'elle rencontre Zoé, sa vie s'allège. Zoé, aveugle, ne juge pas Adam, est même capable de le comprendre, de communiquer avec lui. Enfin, Lily va vivre autre chose : Adam, tous les samedis, se rend au parc aquatique avec des dauphins et les filles peuvent l’accompagner. Mais Lily n'aime pas ce que Zoé veut lui faire comprendre. Elle voudrait profiter du spectacle des dauphins, sans qu'on lui explique tout ce que cela sous-tend. Elle voudrait garder « l'image idyllique que le centre veut donner pour attirer le public », sans penser à l'enfermement, aux privations, aux humiliations faites aux animaux... Lorsqu'est évoquée la possibilité de la thérapie assistée par les dauphins (TAD) supposée aider Adam, le dilemme est terrible. Cautionner l’exploitation, pour Adam, ou faire libérer le jeune dauphin ? A moins que le débat soit biaisé. Cette jeune fille si présente pour son frère, loin de tout spécisme, aura la force de se battre et pour lui, et pour le dauphin, dans un bien-être forcément mutuel. 
« Maman disait que les créatures qui peuplent cette terre ont leurs propres raisons d'exister. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire