Une semaine, 7 lundis / J. Brody. - Gallimard, 2016

A-t-elle pris un médicament frelaté ? Est-elle l'héroïne d'une émission de télé-réalité en caméra cachée ? Ellie n'en sait fichtre rien mais ce qu'elle constate, c'est qu'elle est condamnée à revivre ce satané lundi où tout se ligue contre elle : sa vie amoureuse, scolaire et sportive n'est qu'une succession d'échecs. Lorsqu'elle a la sensation d'améliorer un aspect de sa vie, un autre en fait les frais. Alors à quoi bon chercher à être parfaite, devant l'échec de ses tentatives et la répétition sans fin de ce lundi, elle s'amuse, fait l'insolente et se fiche des conséquences. Son ami lui donnera la clé pour sortir de ce schéma impossible, en parlant de sa relation à son petit ami : « Tu te perds en sa présence. Tu n'es pas toi-même. Tu es quelqu'un d'autre. Celle avec qui il a envie d'être, selon toi. C'est comme si tu faisais la morte avec lui »
500 pages pour 7 versions d'un lundi, rythmées par des titres de chansons des années 60. Il n'y a pas de temps morts, de répétitions, nous suivons les efforts d'Ellie pour mener une vie parfaite, jusqu'à ce qu'elle comprenne que l'équilibre d'une vie se trouve dans l'accomplissement de soi et l'attention portée aux autres.
« J'ai promis à l'univers que j’arrangerais tout si je pouvais avoir une deuxième chance. »

Voir la notice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire