Tant que mon coeur bat / M. Roth. - T. Magnier, 2016

2 histoires courtes mais terribles sur l'aspect nauséabond que peut revêtir l'amour. Dans Elle une marionnette, Esra s’éprend d'Antoine, plus âgé de 15 ans. Il est scénariste, a fait les Beaux-Arts, de quoi subjuguer la jeunes fille timide. « J'ai peur de ce qui peut arriver mais je ne peux plus faire machine arrière ». Esra se laisse envahir, puis submerger par la passion. Son ami Bastien assiste impuissant à l'éloignement et l'effacement de la jeune fille.  
Et grandir maintenant alterne les points de vue de Cyril et Laura. Le premier dit ne jamais avoir aimé la seconde qui pourtant le voyait comme une planche de salut. Seuls les corps parlent, le dialogue est pauvre, les malentendus s'approfondissent. Jusqu'à l'ultime vérité qui ne supporte plus aucun faux-semblant. 
C'est une vision bien sombre de l'amour dépeinte ici par Madeline Roth où l'égoïsme et le narcissisme des hommes broient l'idéalisme des jeunes filles en quête d'absolu. Point de salut, ou si peu.
Voir la notice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire