La vitesse sur la peau / F. Chiarello. - Rouergue, 2016. - (DoAdo)

Voilà un an que Leslie n'a pas prononcé un mot.  La mort de sa mère « les a tous écrasés d'un coup. » Se remettre à parler ? « Les mots créent des liens avec les autres. Les autres, on s'attache à eux puis ils disparaissent. » Alors Leslie n'est pas sûre, préfère le silence à la « bouillie verbale » dont usent trop de personnes, dont son père. Mais la rencontre avec Violette fait basculer ses doutes. Violette sait "écouter", devine sa peine et les remèdes qu'il lui faut. Comme la course et la musique. Violette sait par ailleurs parler à bon escient. Avec elle, peut-être, le langage a son utilité. Même s'il relaie de terribles vérités.
Sa grand-mère saura également la convaincre que  « renoncer à la vie n'a jamais fait revenir personne d'entre les morts  » et que ce n'est pas trahir sa mère que de continuer de vivre. Ni abandon, ni indécence, ni culpabilité à avoir, juste le droit de participer au bruissement de la vie, d'en savourer les « discussions tamisées » pour qui sait écouter les perceptions somesthésiques. Pour éclaircir cette notion, plongez-vous dans ce roman d'une incroyable sensibilité, qui prend le temps, avec cette jeune fille, de reconsidérer l'intérêt de vivre, pour soi et pour les autres. 
« Je ne crois plus à la vérité, 
elle n'est qu'une souris entre les pattes des chats assassins qui peuplent la planète. 
Il n'existe que des inexactitudes. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire