Esther / S. E. McKay. - Ecole des loisirs, 2016

1735. Esther est juive dans un pays qui pense que « les juifs ont des cornes et une queue », est femme à une époque qui ne leur accorde aucun avenir en dehors du mariage (« Toutes les femmes, d'une certaine manière, n'étaient-elles pas un objet de commerce pour les hommes ? »), est pauvre dans un siècle où la plus grande partie de la France meurt de faim pendant qu'une infime partie vit dans l'excès. Mais Esther ne veut pas se résoudre à ces fatalités. « Ce ne sont pas des racines que je veux, papa, murmura-t-elle. Ce sont des ailes. » Un coup du sort lui offre une liberté qu'elle saura saisir, même si pour cela elle doit devenir Pierre Moriset, feindre d'être catholique, devenir une menteuse aguerrie. Elle sera cuisinière, apprentie courtisane, messager, boulanger, valet de pied... Toujours attentive aux plus faibles, fidèle à ce qu'elle est malgré les dissimulations inévitables, Esther fait preuve d'un courage exceptionnel, dans l'espoir d'être libre.
Ayant réellement existé, Esther, étoffée par l'imagination de Sharon E. McKay, emporte l'adhésion par sa force et son empathie. Le roman historique se lit ainsi avec une grande facilité.
« J'ai appris que je peux vivre sans amour, sans nourriture, et même sans toit, 
mais je ne peux pas vivre sans espoir. »
Voir la notice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire