Coeur de loup / K. Rundell. - Gallimard, 2016

« Il était une fois une fille sombre et fougueuse. » Solitaire aussi, mais « la beauté du monde est en elle-même une sorte de compagnie ». Féo et sa mère sont maîtres-loup, apprennent aux loups à redevenir sauvages et autonomes une fois que les aristocrates de Russie se sont lassés d'eux. « La plupart des gens croient aimer les animaux, mais en fait ils n'aiment l'idée des animaux. » Elles suivent pour chaque loup différentes étapes d'ensauvagement dont le principe « consiste à lui faire comprendre qu'il est né pour être courageux. » La tâche n'est pas des plus ardues car « les loups savent se débrouiller. Ce sont les sorciers du monde animal. »
Leurs vies se compliquent sévèrement lorsque le sanguinaire général Rakov les inquiètent, les pourchassent, d'autant plus depuis que Féo l'a défiguré et humilié.
Féo -épaulée par Ilya, plus fragile mais d'un soutien indéfectible- devra affronter le froid, les deuils successifs, l'épreuve de la séparation d'avec sa mère. Elle fera tout pour la libérer de prison, tout en participant à une révolution, petite mais symbolique !
De l'aventure, de la fougue, du courage personnel et communautaire, le conte emmené par cette formidable héroïne se lit d'un souffle dès 10-12 ans. A noter les très belles illustrations en noir et blanc de Gelrev Ongbico.
« L'avenir a besoin d'être protégé, c'est une chose fragile. »
Voir la notice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire