Songe à la douceur / C. Beauvais. - Sarbacane, 2016. - (Exprim')

« Pourquoi remplir en vain notre vaine existence ?
Pourquoi se dépenser en futiles efforts
Dans une monde acculé au couloir de la mort ? »
Eugène, à 17 ans, c'était cela. Un ado désenchanté continuellement guetté par l'ennui et le sentiment de non-sens. Mais auprès de Tatiana, 14 ans, il se sent presque « spleen free ». Et elle, lorsqu'il est là, a l'impression d'être là où elle doit être. Une histoire d'amour serait-elle en train de naître ? 
L'auteure prend les rênes de cette idylle contrariée, entre passé et présent, entre non-dits et vérités accouchées. Elle nous tient en haleine, interpelle ses lecteurs et ses personnages, diffère sciemment les révélations, nous laisse échafauder nos scénarios. Que s'est-il passé 10 ans plus tôt pour que leur chemin se séparent ? Et l'amour peut-il reprendre là où il s'était interrompu ? Leur vision de la vie, nihiliste contre idéaliste, peuvent-elles se réconcilier maintenant que l'âge des outrances est consumé ?
Librement inspiré d'Eugène Onéguine, ce roman à la prose libre et poétique se libère du drame pour introduire une note d'humour et de légèreté en laissant élargis les champs de possibles. Quitte à nous laisser -un peu- sur notre faim...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire