Moi, Présidente : sotie / Gérard Mordillat. - Autrement, 2016

« Vous savez, j’ai fait des choses très dures dans ma vie. J’ai gardé des dindons. Essayez donc de garder des dindons ! Les Français, c’est facile : hop, un coup de pied au cul et ils défilent en rang ! Mais les dindons… » p. 44
TV Près De Chez Vous a obtenu la permission pour séjourner au Palais présidentiel et suivre partout (vraiment partout…) la nouvelle Présidente entourée de ses valets, le ministre du Racisme Efficace, le ministre de la Précarité Raisonnable… Les mesures qu’elle veut mettre en place sont, comme qui dirait, assez radicales : retour à l’esclavage pour libéraliser le monde du travail, mariage obligatoire et incitation à la polygamie pour lutter contre la solitude et résoudre la crise du logement, suppression de la culture, de la justice, de la liberté de la presse, immunité totale de la police et autorisation de la torture… Outre ses brillantes idées, la Présidente a un langage très vulgaire et scatologique (très caca prout). Son compagnon, en tant que première dame, se meut dans une robe tricolore froufroutante. Toute ressemblance avec une candidate aux élections présidentielles ne serait évidemment que pur hasard. C’est une farce, une sotie dit Mordillat, reste que ce délire est assez pesant, lourdingue, même assez affligeant. De l'humour bien gras. Il sera prudent de ne pas découvrir l’auteur par cet opus un peu bizarre.
Voir la notice

Avis : *

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire