Le sel de nos larmes / Ruta Sepetys. - Gallimard, 2016. - (Scripto)

Ils sont 4 à partager en alternance la narration de cet exil, fuite en avant pour échapper aux Russes à la fin de la seconde guerre mondiale. 4 adolescents de nationalité, de profils différents, tous tenaillés par la culpabilité, la peur, la honte, le destin qui s’acharne. 
Joana s'évertue à sauver tous ceux qu'elle croise, il lui faut expier sa faute. Florian est en mission, que rien ne doit venir troubler. Mais Emilia, enceinte de 8 mois, persiste à le considérer comme un chevalier, sauveur de son errance. Ajoutés à cette troupe de réfugiés, « un cordonnier plein de bonté, un petit orphelin, une jeune aveugle. »
Et puis il y a Alfred, héros fantasmé qui se voit comme le sauveur de l'Allemagne destiné à recevoir les honneurs, bientôt, très bientôt. 
Ils vont tous se trouver réunis sur le Wilhelm Gustloff, navire gigantesque censé les ramener vers l'Allemagne en déroute.
C'est l'histoire d'une tragédie maritime réelle qui est racontée ici ; elle dépassa le nombre de victimes du Titanic mais reste fort méconnue, hécatombe parmi les hécatombes. Ruta Sepetys l'incarne grâce à 3 personnages épuisés par les abominations de la guerre, voulant croire néanmoins en un avenir possible. Et par un soldat allemand socialement handicapé, aveuglé jusqu'à la haine, symbole d'une Allemagne endoctrinée et hagarde.
« Au moment même où l'on croit que la guerre nous a pris tout ce qui nous était le plus cher au monde (...) on rencontre quelqu'un et on se rend compte qu'on a toujours plus à donner. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire