La Danse des vivants / Antoine Rault. - Albin Michel, 2016

« Mais qui a le sort le plus enviable : cet homme sans visage ou moi sans mémoire ? Charles s’entend répondre : Je donnerais tout pour avoir une femme à mes côtés, une famille… » p. 212
Juillet 1918, un jeune officier français amnésique est retrouvé sur le champ de bataille coincé dans un trou d’obus, enseveli dans la boue. Il est envoyé à la station neurologique de Salins-les-Bains considérée comme le dépotoir de ceux dont plus personne ne veut. La psychiatrie et la torture se ressemblant alors comme des sœurs jumelles, on y obtient de bons résultats. C’est-à-dire que les soldats, parfois pour fuir des traitements inhumains, retournent rapidement dans les tranchées dans 98 à 99 % des cas. Mais nous avons affaire à un sujet rétif à tout traitement et, pour éviter la contagion de ce mauvais exemple, il est placé à la chartreuse de Bonlieu (Jura), autre station neurologique, destinée aux malades de longue durée. On croit avoir réussi à l’identifier, pourtant son père adultérin qui le hait nie l’évidence. Alsacien d’origine, maîtrisant parfaitement le Français comme l’Allemand, connaissant le Russe grâce à Olga qui fut sa nourrice, cet homme sans passé, véritable aubaine, est récupéré par les services secrets qui l’infiltrent dans l’armée allemande sous une fausse identité pour s’assurer du respect des accords de paix. N’est-ce pas un pacte faustien sans retour possible ? L’auteur reconstitue la vie des gens de 1919-1920, les difficiles débuts de la République de Weimar, marqués par les souffrances de la guerre, l’esprit de revanche, la misère… On se laisse promener dans cet univers et la vie errante du protagoniste durant 500 pages, en se fichant pas mal de savoir s’il s’agit d’un roman d’aventure, d’espionnage ou de guerre. D'une lecture aisée, c’est agréable, bien documenté, éveille la curiosité historique. Citons par exemple l’attentat sur la personne de Clemenceau en 1919 ou encore ce héros anglais de la guerre, Henri Tandey, qui épargna le 28 septembre 1918 un jeune soldat allemand blessé dont il aura des nouvelles plus tard puisqu’il se nommait Adolf Hitler.
Voir la notice

Avis : **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire