Possédées / Frédéric Gros. - Albin Michel, 2016

Exaltée par l’exemple de Sainte Thérèse d’Avila, Jeanne de Belciel qui a l’épaule difforme entre dans les ordres puis devient en 1627, à 25 ans, la Mère supérieure du couvent de Loudun sous le nom de sœur Jeanne des Anges. C’est pour elle une espèce de revanche sur la vie et elle se transforme en être de plus en plus méchant, se réjouissant même du malheur des autres.
Pendant ce temps, Urbain Grandier, curé de Loudun, dans une ville où les tensions entre catholiques et huguenots sont fortes, s’adonne au libertinage. Malheureusement, il met enceinte la jeune fille de son ami Trincant, le procureur du roi. Celui-ci furieux obtient qu’il soit enfermé dans les prisons de l’Église. Soutiens contre soutiens, le curé libidineux revient victorieux à Loudun malgré la mise en garde de l’archevêque : « La haine se nourrit du temps qui passe, l’amour s’y use. »
Au couvent, se déroulent des choses étranges. La Mère supérieure épie les propos sur Grandier au parloir et finit par être obsédée par ses pulsions sexuelles. Mignon, le confesseur du couvent, pour innocenter une religieuse qu’il aime bien, prétend que c’est le diable qui est entré dans les lieux. La possession maléfique est un beau paravent pour une dérive personnelle. Alors c’est la contagion et rien ne va plus : on fait venir moult exorcistes et l’affaire remonte même jusqu’au roi. Jeanne des Anges en vient à accuser le curé de Loudun qu’elle ne connaît pas d’avoir passé un pacte avec le diable pour détruire le couvent. Superbe occasion pour la bande à Trincant de prendre sa revanche sur Urbain Grandier.
C’est passionnant, il y a une vraie force d’évocation dans chaque scène décrite et quels personnages ! Premier roman.

Avis : ***

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire