Jungle Park / P. Arnaud. - Sarbacane, 2016. - (Exprim')

L'Afrique, en 2050, est toujours le vivier et le dépotoir des pays occidentaux, des États-Unis en particulier. Mais le pillage est d'un autre ordre, d'une autre envergure.
En 2050, on ne peut plus respirer sans un masque et l'on doit avaler des pastilles pour digérer ce qu'on mange tandis qu'une infime partie de la population a préparé sa survie dans un plan machiavélique qui délaisse le reste du monde et sacrifie le continent africain.
A la fois critique d'une civilisation décadente qui voit « l'homme blanc (...) s'autodétruire en embarquant la planète dans sa chute » et plaidoyer pour une solidarité et une lutte contre l'injustice, ce roman touffu dit la nécessité du respect de la nature et de la vigilance envers le virtuel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire