Le goût sucré de la peur / A. Chardin. - Magnard jeunesse, 2016

Louise, 11 ans, affublée du sobriquet de Boulette par certains camarades, est très complice de son frère Joseph, d’un an son aîné. Les deux jeunes gardent leur distance au collège mais se retrouvent dès la sortie pour courir la campagne ensemble. Non loin de là, vit une vieille dame, dans une demeure quelque peu sinistre, entourée d’un vaste parc. Surnommée l’Ortie, la dame effraie les enfants, par son comportement hostile et revêche. En revanche, elle entretient avec un soin attentif son potager, qui attire les convoitises de Joseph et de ses camarades. Lorsque Louise apprend que son frère et sa bande veulent organiser une expédition de maraude dans le jardin de l’Ortie, elle est bien décidée à y prendre part. D’abord opposé à sa participation, Joseph finit par céder et convaincre la bande de l’accepter. Le jour de l’expédition, Louise, très effrayée, va découvrir l’Ortie, sous un nouveau jour… Dès ce moment, Louise n’aura de cesse de vouloir rencontrer la vieille dame. A son contact, Louise va s’épanouir et grandir, alors que Jeanne, l’Ortie, va sortir de son isolement et lui révéler le secret qui la ronge depuis tant d’années…
Dans un style léger et vif à la fois, Alexandre Chardin dépeint avec tendresse des personnages très attachants. Il décrit avec justesse le délicat passage de l’enfance à l’adolescence de Louise. Les relations entre Louise et la bande sont très réalistes ainsi que la complicité entre Louise et Jeanne, empreinte de chaleur. Ce roman est également un hymne à la nature, au bonheur de cultiver son potager, savourer un moment partagé dans le jardin. Un roman sur les valeurs humaines, simples et essentielles, le partage, l’entraide, les liens entre les générations, la complicité, l’amitié. A lire dès 10 ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire