Ces rêves étranges qui traversent mes nuits / S. Leclerc. - Ecole des loisirs, 2016. - (Médium)

Robin vient d'être exclu du collège. A quelques semaines des grandes vacances et de ses 16 ans, il a été décidé qu'il ne retournerait pas en classe. Vague perspective d'avenir : s'inscrire bientôt en lycée professionnel. Exclu aussi de la vie de sa mère. Durant 16 ans, elle a géré, porté à bout de bras, elle ne veut plus rien savoir de lui, sauf s'il réussit à être heureux... Robin va donc vivre chez son père -leur relation étant « remplie de griefs, de déceptions et d'amertume »-, qui lui-même vit surtout chez sa nouvelle compagne Guilaine. Les journées peinent à prendre consistance...
Des parents fatigués, un Robin déphasé qui ne sait pas quoi faire de sa vie, balloté dans  « un no man's land, (...) attentif à tout, et où tout était peut-être possible... »
De fait, il rencontre Jujube, le fils de Guilaine, capable à 9 ans de déclarer « Je n'ai aucun humour. Je n'ai que des déboires » ou encore « On ne me comprendra qu’après ma mort. » Les deux garçons s'apprivoisent. Par ailleurs, il rencontre des lycéens passionnés de cinéma et se joint bientôt à la bande. Se pourrait-il que la vie de Robin réponde enfin à ses aspirations, qu'il soit en Devenir ?
« Moi j'attendais autre chose. Je ne savais pas quoi, j'étais incapable de le formuler, mais c'était autre chose. Tout ce que je savais c'est que c'était immense, et que j'ignorais si j'en étais digne. » 
On peut comprendre que Robin le personnage fatigue ses parents, mais Robin le narrateur est des plus agréables. Derrière le flegme, il possède un humour discret, une ouverture d'esprit et une gentillesse qui à n'en point douter lui garantissent un bel avenir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire