Les fragiles / C. Roumiguière. - Sarbacane, 2016. - (Exprim')

Le récit est composé en kaléidoscopes, morceaux de passés et de présent qui retracent la vie éclatée de personnes qui ont tant mal à s'aimer. Ces personnes, ce sont Drew et son père, qu'il n'arrive pas à détester totalement parce que ce père l'aime indubitablement, à sa manière des plus maladroites, voire dangereuses. Pourtant les griefs s'amoncellent. Depuis « Ernest le "sale négro" que son père a dégommé un jour sans même s'arrêter. » Ou les remarques racistes répétées, jusqu'à polluer Drew qui dans ses moments de faiblesse abonde dans le sens de son père pour le flatter. Mais comment plaire à quelqu'un qui ne vous accorde pas la liberté d'exister ?
Le puzzle se composera lentement, difficilement et dans une douleur indéniable. Surmontable ? Le roman, de par sa forme narrative, est réservé aux lecteurs aguerris. Quant au fond, mieux vaut avoir l'optimisme chevillé au corps...
Voir la notice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire