Dans le silence de ton coeur / A. Ranucci. - Hachette, 2016

Claudia est une peste. Une vraie peste égoïste, hautaine, insupportable qui ne pense qu'à être populaire, faire la fête et être ivre aussi souvent que possible. Derrière elle les années où elle était un petit monstre impopulaire et peu sûre d'elle !
Après un soir de cuite qui a valu à sa mère une grosse angoisse, celle-ci lui donne un ultimatum : elle doit assurer du bénévolat dans une association qui vient en aide aux réfugiés, Civico, pour se reconnecter à des valeurs de solidarité. Mais Claudia est enfermée dans sa rage, dans sa haine d'une mère qui ne veux pas la voir grandir comme elle le souhaite : une jeune fille populaire.
« Moi j'étais quelqu'un dans ce monde de messes basses et de coups d'œil, de médisances susurrées par-derrière, de craintes. Tous me respectaient. »
Et puis un soir tout bascule : sa mère est morte. Il ne sera plus jamais possible de lui dire qu'elle regrette et qu'elle l'aime. Alors comme un dernier geste d'apaisement, elle prend le chemin de Civico et entame un projet vidéo pour rendre compte de l'histoire des réfugiés.
Difficile de faire le grand écart entre sa bande d'amis néofascistes revendiqués et la vie pleine d'encombres de personnes très jeunes qui ont déjà vécu tant d'horreurs. Claudia va devoir se confronter à ce qu'elle veut être, ce qu'elle veut devenir. 
Premier roman d'une toute jeune auteur de 17 ans, qui a peut-être le défaut de quelques rebondissements attendus mais écrit justement la colère de l'adolescence, ses errances et sa capacité de résilience.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire