Robin des Graffs / M. Zürcher. - T. Magnier, 2016

Sam n'a plus que quelques maisons et monuments à graffer et son œuvre sera terminée. En hommage à son amie d'enfance. Mais une petite fille vient contrarier ses plans, le choisissant comme famille. Sa force de persuasion -et sa verve drolatique- est telle que Sam, contre toute prudence, accepte sa présence. Alors même qu'il s'était promis de ne pas s'attacher : « Le futur ? Il le connaissait d'avance. Ce serait un nouvel accident, une nouvelle disparition, une autre plaie sur son cœur qui ne cesserait jamais de suppurer sa vie durant. »
La parole est aux marginaux ici. Aux sans-abris, à ceux qui chantent pour eux lorsqu'ils meurent (car leur décès « égratignait le cœur de l'humanité ») ; aux noctambules qui réparent les monuments nationaux bénévolement et secrètement ; et enfin aux enfants des foyers d'accueil. Mais tous les personnages croisés ont leur mot à dire, peu ou beaucoup, mesquin ou attendri. Le tout forme une pensée fluctuante et libre qui aboutit à un grand élan de générosité. Robin des Graffs a sévi !

Lièvre et Ours : Où est Ours ? / E. Gravett. - Kaléidoscope, 2016

Jouer à cache-cache quand on est un ours, c'est un peu trop facile pour celui qui cherche. Et lassant. C'est donc au tour de Lièvre d'échapper à notre regard, mais Ours tarde à trouver...
Une situation très simple, des postures drôles et une fin d'une tendresse évidente, voici un album réussi d'une série pour les petits très attachante.

Sorties de secours / J. Farmer. - Delcourt, 2016 - (Outsider)

Avec Sorties de Secours, Joyce Farmer aborde de front le thème de la vieillesse et de la mort. 
On y lit les parcours de vie d'un couple de seniors, Lars et Rachel, lors de leurs quatre dernières années. Maladies (Alzheimer, cécité), dépendance et question de fin de vie (soins palliatifs) sont évoqués. L'abnégation et l'amour de Laura envers son père et sa belle-mère sont très bien retranscrites.
Sorties de Secours est donc un excellent roman graphique. Chacun peut s'y reconnaître. BD émouvante, lucide, qui ne tombe jamais dans le pathos.
Voir la notice

Glouton, le croqueur de livres / E. Yarlett. - Gründ, 2016

Nul besoin de préciser l'activité favorite de Glouton. Mais précisons que son péché mignon, ce sont les livres. Il vient d'ailleurs de s'échapper d'icelui et s'en va visiter -ravager- divers contes. Boucle d'or, Le Petit chaperon rouge, Jack et le haricot magique et Raiponce, petits livres intégrés dans l'album, se voient chamboulés dans leur trame originelle. Le lecteur pourrait aider à remettre de l'ordre dans cet embrouillamini littéraire mais en a-t-il les épaules ? Glouton est tellement redoutable...
Un régal !

L'histoire perdue / M. Marti ; X. Salomo. - Seuil, 2016

Eva voudrait bien aller chez Théo qui lui prépare une surprise mais l'illustrateur semble ne pas être d'accord avec la trame de départ. Il prend l'histoire en otage, contrarie les plans de l'auteur pour nous emmener là où bon lui semble. L'auteur, sous forme de phylactères, s’étonne, s'indigne, menace, jusqu'à quitter son rôle, le temps de quelques pages.
L'histoire se termine dans la réconciliation et la surprise, pour le personnage central comme pour le lecteur !
Voir la notice

Blanche-Neige et les 77 nains / D. Cali ; R. Barbanègre. - Talents hauts, 2016

Blanche-Neige fuit sa marâtre. Mais dans cette version, ce sont 77 nains qui l'accueillent à bras ouverts. « Tu nous donneras bien un coup de main de temps en temps pour le ménage ? » La cuisine, le ménage, la lessive, l'histoire du soir...ça fait beaucoup, beaucoup trop !
Il faut voir l'illustration emplie de ces 77 nains -qui s’habituent trop vite à être servis- pour mesurer le ras-le-bol d'une Blanche-Neige voyant soudain d'un œil avide la perspective d'une pomme empoisonnée...
Un conte détourné combattant le machisme de façon drôle et grinçante. 

Toc toc toc papa, où es-tu ? / B. Collier ; D. Beaty. - Little urban, 2016

Tous les matins un papa vient toquer à la porte de son fils pour le réveiller, le petit garçon apprécie ce moment de tendresse où son père le serre dans ses bras. Mais un matin, il ne vient pas, les jours passent, l'attente devient longue et le petit garçon est de plus en plus triste. Bien plus tard, le père lui envoie un courrier dans lequel il lui annonce qu'il ne sera plus là pour l'aiguiller, il lui donne ensuite des conseils pour son avenir. Devenu adulte, il fonde un foyer heureux qui contraste avec son enfance.
Une histoire d'amour entre père et fils qui commence bien mais sera marquée par l'absence brutale du père au foyer. Album très poignant qui traduit bien le point de vue d'un enfant sur le vide causé par le départ d'un père. L'histoire ne précise pas la cause du départ, elle peut donc s'adapter au divorce, au père détenu en prison ou tout simplement au père absent. Belles illustrations qui expriment fort bien les sentiments éprouvés par les différents personnages de l'histoire. 
Voir la notice

Zébulon et la pluie / A. Brière-Haquet ; O. Philipponneau ; R. Enjary. - Memo, 2015


Zébulon n'aime pas la pluie "ça ploc, ça plic, ça rend tout gris", il pense que la pluie ça ne sert à rien, il tente donc de trouver une solution pour l'arrêter. Sur sa route, il demande aux animaux qu'il croise de l'aider à fermer le robinet, mais ils protestent tous et lui rappellent les bienfaits de la pluie : c'est grâce à elle que la vie est possible sur terre. Il fait tard et Zébulon est tout sale, il  a reçu de la boue, du sable et des crottes au fil de ses rencontres, il rentre vite chez lui remplir sa baignoire. Plongé dans un bain chaud, il redécouvre les vertus de l'eau, et tout compte fait, la pluie c'est bien utile !
Joli petit album sur le cycle de l'eau et les bienfaits de la pluie, le graphisme épuré et agréable évoque l'art aborigène.

Quand il pleut / R. Saillard ; P. Grosz. - Mango Jeunesse, 2016

Il pleut, un petit garçon est bien au chaud chez lui, il se glisse dans son lit et sa maman lui lit une histoire. Ainsi commence son voyage imaginaire à travers les différents endroits de la planète où il pleut, il est tantôt dans le désert, tantôt dans la savane, tantôt il vogue sur un fleuve. De temps en temps, le bruit de la pluie vient interrompre son voyage pour le ramener à la réalité de son environnement. L'histoire se termine par une métaphore entre les milliers de gouttes de pluie qui tombent et les milliers de baisers que le petit garçon reçoit de sa maman. Les illustrations splendides reflètent les bienfaits qu'apporte la pluie et le plaisir, aussi, d'en être protégé dans le giron maternel.
Très joli album sur le thème de la pluie écrit avec beaucoup de poésie et de délicatesse.
Voir la notice

Le jardin des merveilles : un bestiaire extraordinaire / J. Brown ; K. S. Williams. - Milan, 2015

Cinq environnements différents avec leur faune et leur flore fragiles, présentés comme des réserves naturelles. Malgré leurs diversités, le point commun de ces habitats, c’est un écosystème composé de plantes et d’animaux qui ont su s’adapter et survivre dans ces milieux parfois hostiles à la vie. Dans cet album, le voyage commence par la forêt amazonienne, chaude et humide avec ses animaux nichés dans la canopée, un vrai joyau zoologique. Ensuite on plonge dans la grande barrière de corail, très colorée, avec une faune très diversifiée. Après on atterrit dans le désert de Chihuahua, caractérisé par de grands écarts de température et la lutte pour la survie des animaux, étonnamment ce lieu grouille de vie. Puis on se promène dans les sous-bois de la forêt noire, sombre et mystérieuse où les frontières entre la réalité et la fiction sont confuses. Pour finir, on monte sur les contreforts de l’Himalaya avec ses sommets enneigés qui abritent pourtant des forêts de bambous et une grande variété d’animaux. Un documentaire animalier aux illustrations éblouissantes.
L’intérêt de cet album réside dans le fait de montrer que cette biodiversité est menacée de toutes parts par la déforestation, la chasse et la pollution ; et de ce fait, il invite le lecteur à la respecter et à la protéger. Une belle manière d’initier les enfants à la protection de la biodiversité.
Voir la notice

La promesse de Mirto / J. Dalrymple. - Oskar, 2016. - (Trimestre)

« C'était il  y a très longtemps »... Pour Mirto et Baka, le temps est venu de s'initier à la chasse, de tuer leur première marmotte. « Pour que nous puissions vivre, il vous faut apprendre à donner la mort ».
Si Baka est impatient, Mirto est « trop sensible » et refuse, après avoir vu la souffrance de la marmotte blessée, de devenir chasseur. Son clan lui prédit une mort de faim et de froid. Mais Mirto tient bon, a promis devant la dépouille de ne plus tuer, de se nourrir de « graines et de fruits » offerts par la Grande Mère.
Mirto est un pionnier qui privilégie l'empathie contre la tradition, ouvre la voie d'une vie de végétarisme basée sur la non-violence : « Où l'on comprend qu'on peut vivre sans tuer ».
Interview éclairante de Jennifer Dalrymple

L’animode / Fred L. - Sarbacane, 2015

Un bestiaire original qui présente les tendances vestimentaires, de la Belle Époque à nos jours. Les costumes, portés par de curieux top-modèles -un éléphant, un lévrier, une chouette, un hippopotame, un gorille- sont regroupés par thématiques  : robes d’été, coin des sportifs, robes de mariée... Intéressant car inattendu. Un super travail historique, social et artistique autour du costume et des accessoires de mode. Très adapté et en lien avec la morphologie de l’animal. Rigolo !
Voir la notice

La mare aux crocos : L'hommes et les animaux, histoires africaines / C. Benoist ; H. Georges. - Actes sud, 2016

L'anthropozoologie est « la science qui étudie les relations passées et présentes entre le monde des animaux et les sociétés humaines ». Ce livre se propose de donner quelques exemples de liens entre les hommes et les animaux d'Afrique, au fil des siècles. En Afrique du sud par exemple, les lionceaux, retirés à leur mère, sont nourris pas les touristes, contre paiement. « Les visiteurs acceptent de croire que ces petits, retirés de leurs mères, seront introduits plus tard dans la nature. » En réalité, ils serviront de proies aux chasseurs étrangers.
Les chameaux au Kenya transportent des bibliothèques ambulantes, contribuant à l'alphabétisation des enfants du désert. Au Burkina Faso, les crocodiles sont sacrés et vivent dans une cohabitation parfaite avec les humains, sans qu'on ne déplore de victimes.
Joliment illustré, cet album documentaire démontre que la relation à l'animal sauvage peut être aussi pacifique que destructrice. L'animal est dépositaire de croyances, de superstitions, qui peuvent lui garantir vie ou une mort selon les territoires et les époques.

Les petits orages / M. Chartres. - Ecole des loisirs, 2016. - (Médium)

Ratso est un indien oglala placé en famille d'accueil. Physiquement, c'est une « montagne inattaquable, immense et majestueuse » ; il surnomme Moses « Tige brisée », à cause d'une jambe droite fortement handicapée depuis son accident. Moses voit Ratso comme « un mec totalement barré, seul sur sa planète comme je me sentais également bien seul sur la mienne, ça renforçait ce vague sentiment de communion. »
Ces deux opposés semblables partent donc ensemble à Pine Ridge, traversant les petits orages, pour fêter l'anniversaire de la sœur de l'Indien. Un anniversaire bien particulier. Lorsqu'ils arrivent dans la réserve indienne, Moses découvre une réalité bien différente de ce qu'il s’imaginait. Ou plutôt de ce qu'il s'abstenait d'imaginer. L'alcoolisme y frappe huit familles oglalas sur dix. « J'ai trouvé que ma pensée ressemblait à un courant d'air et je me suis promis intérieurement d'être plus attentif aux choses et aux gens. » A l’inverse le courage de Ratso, c'est d'être « l'un des seuls à lever le menton et à regarder l'horizon. »
Je suis une béance. Je suis un bouleversement. Je suis une colère... Autant de chapitres qui déclinent l'évolution de Moses vers une identité enfin assumée.
Voir la notice

Des mains pour dire je t'aime : petits mots doux pour tous en langue des signes / Pénélope. - Les Grandes personnes, 2016

Quelle plus belle façon de se familiariser à la langue des signe qu'en se plongeant dans cet album déclinant les petits mots doux ? Ma princesse, Petite crevette, Ma cocotte... autant de gentillesses que l'on pourra signer en suivant les consignes expliquées sur des pages dépliantes. Le dessin en noir et blanc donne une image précise des gestes à reproduire dans son ensemble. 

Comment ça pousse / F. De Guibert ; C. Pollet. - La Martinière, 2016

A une époque où l'origine et la traçabilité des produits sont des plus floues, ce documentaire est fort bienvenu. Il présente, en page de gauche, quelques fruits et légumes ; en vis à vis, la plante ou l'arbre qui l'a porté.
La lecture ne subit aucun lassitude car les textes sont aussi succincts que variés dans les informations proposées. On apprend par exemple qu'on a longtemps cru que la tomate était empoisonnée ou que l'abricotier ne donnera des fruits qu’au bout de 10 ans. Intéressant également car l'album élargit aux pays tropicaux.

Dans mes bras / E. Jadoul. - Ecole des loisirs, 2016. - (Pastel)

Ça y est, Léon est grand frère. Il ne veut pas de Marcel dans sa chambre en tout cas. De plus, ce tout petit frère n'a pas la bonne taille, ni pour les bras de maman, ni pour les épaules de papa. Alors que faire de lui ?
L'illustration suggère -pour les esprits mal tournés ou les frères et sœurs ayant vécu la situation- une solution douteuse, mais l'issue sauve l'honneur et le sens de la famille ! 
Espiègle, tendre et juste, Émile Jadoul fait mouche une fois de plus. 

Mon tour du monde géant des animaux / L. Du Fay. - Sarbacane, 2015

Album composé de six planches qui mettent en scène tour à tour le grand nord, la ferme, la jungle, la forêt, la mer et la savane ainsi que les animaux qui y vivent. Sur chaque planche, neuf animaux sont présentés en marge de la page, on peut ensuite les chercher et les voir en mouvement dans l'image pleine de vie.
Un grand format, des planches lumineuses, variées avec une frise latérale, type imagier. Super imagier cartonné qui se lit étalé par terre autour duquel les enfants vont pouvoir graviter pour se plonger dans ces différents univers.
Voir la notice

Les inséparables : Juliette est toute seule dans sa classe / N. Dargent ; Y. Thomé. - Milan Jeunesse, 2016

C'est la rentrée et, ça tombe bien, Juliette aime l'école. Mais elle a pensé à tout sauf qu'elle serait séparée de sa bande de copains "Les inséparables".  Elle est dans la même classe que les pestes de l'école et, comble du malheur,  sa maîtresse n'est pas gentille. Comment va t-elle réagir ?
Cette série présente les situations dans lesquelles les enfants partagent les questions et les problèmes de la vie quotidienne. Elle fait penser à Max et Lili dont le succès n'est plus à démontrer.
Voir la notice
Dans la même série Parfait achète le pain tout seul / Aminata veut des sous / Lucas s'est fait traiter de fils de Lute

Un singe dans la neige / Elmodie. - La Martinière, 2015

Un petit singe japonais en quête de chaleur part à la recherche du printemps. Il parcourt le japon du Mont Fuji à l’océan, tout au long de son périple, il rencontre différents animaux emblématiques du Japon. De retour chez lui, il constate que le printemps est enfin arrivé. Un joli album qui déploie un pop-up à chaque double page.
Un passage de l’hiver au printemps à travers un conte bien orchestré où se révèlent tous les attributs de l'univers japonais : les ponts, les grues, les chats porte-bonheur, le Mont Fuji, le dragon et un beau cerisier en fleurs.
Voir la notice

Je sais que tu sais / G. Abier. - Talents hauts, 2016. - (Ego)

Le garçon dont elle était amoureuse a tué son frère. Depuis, la narratrice vit dans une colère permanente, dans la provocation et la destruction d'elle-même : « il faut de l'énergie pour vivre de rage et d'amertume (...) ça maintient debout la haine, ça aide à se lever le matin, ça permet d'affronter le bonheur des autres, même si ça use, même si ça bouffe, même si ça détruit. »
Lorsqu'elle entend le témoignage de Madame Ngoun, cambodgienne dont le père et le frère ont été assassinés sous ses yeux et qui a pardonné à l'assassin, elle se dit que cette femme pourrait l'aider à surmonter sa douleur. Mais pardonner, n'est-ce pas amoindrir la gravité de l'acte ? Trahir la mémoire de la victime ?
La narratrice accepte d'envisager certaines vérités et chemine, de la haine à l'empathie et dans une lutte douloureuse, vers une réalité nuancée. Un texte pudique.
Voir la notice

Réveil / H. Dexet. - Amaterra, 2016

Quelques empreintes dans la blancheurs hivernale, tout est calme. Le paysage s'égaie, se colore peu à peu, trahissant l'arrivée du printemps. L'évolution se fait au fil de pages découpées dont la forme varie pour révéler les différentes couches terrestres et les animaux qui les habitent. 
L'album est sans texte, se concentre sur la vie qui s'ébroue de plus en plus.

Dans le silence de ton coeur / A. Ranucci. - Hachette, 2016

Claudia est une peste. Une vraie peste égoïste, hautaine, insupportable qui ne pense qu'à être populaire, faire la fête et être ivre aussi souvent que possible. Derrière elle les années où elle était un petit monstre impopulaire et peu sûre d'elle !
Après un soir de cuite qui a valu à sa mère une grosse angoisse, celle-ci lui donne un ultimatum : elle doit assurer du bénévolat dans une association qui vient en aide aux réfugiés, Civico, pour se reconnecter à des valeurs de solidarité. Mais Claudia est enfermée dans sa rage, dans sa haine d'une mère qui ne veux pas la voir grandir comme elle le souhaite : une jeune fille populaire.
« Moi j'étais quelqu'un dans ce monde de messes basses et de coups d'œil, de médisances susurrées par-derrière, de craintes. Tous me respectaient. »
Et puis un soir tout bascule : sa mère est morte. Il ne sera plus jamais possible de lui dire qu'elle regrette et qu'elle l'aime. Alors comme un dernier geste d'apaisement, elle prend le chemin de Civico et entame un projet vidéo pour rendre compte de l'histoire des réfugiés.
Difficile de faire le grand écart entre sa bande d'amis néofascistes revendiqués et la vie pleine d'encombres de personnes très jeunes qui ont déjà vécu tant d'horreurs. Claudia va devoir se confronter à ce qu'elle veut être, ce qu'elle veut devenir. 
Premier roman d'une toute jeune auteur de 17 ans, qui a peut-être le défaut de quelques rebondissements attendus mais écrit justement la colère de l'adolescence, ses errances et sa capacité de résilience.

Sam l'écureuil / J. Leroy ; S. Diez. - Kaléidoscope, 2016

Sam est peut-être un écureuil mais il est surtout un grand guerrier, un samouraï. La peur ? Elle est du côté de ses adversaire, lui ne redoute rien ni personne, et surtout pas le dragon qu'il doit affronter aujourd'hui ! Il est tellement tranquille qu'il se met à l'aise, le temps d'une sieste, en l'attendant. A son réveil, face au dragon, l'arrogance n'est plus de mise...
Sam n'est sans doute pas l’invincible guerrier annoncé mais il est diablement chanceux. Et le quiproquo auquel il doit la vie sauve est bien trouvé. Une réussite du duo Leroy-Diez.

Roule / T. Matsuoka. - Ecole des loisirs, 2016

Un petit cartonné carré qui nous montre plusieurs animaux en situation de roulade. Première page, on s'élance... puis on roule ! Chacun à sa façon bien sûr. 
Tout en simplicité et en mouvement. 

Devinez coa ! / P. Battault ; V. Boudgourd. - Milan, 2016

« Devinez ce qu'aiment les mouches... Les cerises !
Devinez ce qu'aiment les araignées... Les mouches, qui aiment les cerises ! »
L'histoire à répétition se poursuit dans une accumulation de dévorations, qui met la mémoire de l'enfant à rude épreuve. D'autant que l'illustration, en noir et rose, brouillonne, postillonne et, tout de guingois, propose multe détails réjouissants qui détournent l'attention. Désopilant.
Voir la notice

Le putois qui m'aimait / M. Barnett ; P. McDonnel. - Milan, 2016

Ce matin, un putois devant la porte. Et depuis, il est là à chaque instant, à suivre le narrateur comme son ombre à travers toute la ville. Si, au départ, l'homme trouve la situation cocasse, il devient inquiet de ce phénomène aussi étrange qu’inexplicable. Après plusieurs tentatives, il parvient à semer cet adorateur insolite. Mais il y aurait comme un manque maintenant...
Bienvenue dans un univers absurde qui trouve son ancrage dans le sentiment d'attachement entre ces deux êtres que tout sépare, avant que l'obstination ne change le cour des choses...

La lance et le bouclier / G. Clastres ; S. Thommen. - Hongfei, 2016. - (En quatre mots)

Une bécassine s'apprête à déguster une palourde mais cette dernière la prend de rapidité et lui cloue le bec ! Nous avons donc un oiseau pris au piège, bientôt affamé et une palourde qui, hors de son environnement naturel, ne pourra survivre longtemps. Alors que faire pour se sortir de l'impasse ?
Le principe de cette collection est de faire découvrir les histoires qui sont à l'origine des chengyu, sortes de proverbes de sagesse pratique qui s'énoncent En quatre mots, en quatre sinogrammes.
Chaque titre comprend deux histoires, « deux fables connues de tous les chinois » qui nous invitent à mieux connaître leur culture.

Attention ! / T. Warnes. - Mijade, 2016

Quand on aime répertorier-étiqueter-classifier chaque chose, il devient problématique de se retrouver face à une quantité exponentielle de lapins identiques. C'est ce qui arrive à Tom la taupe à cause du chapeau magique que Grumbo le crocodile a trouvé. Pourtant si l'on observe bien, les indices étaient là pour les mettre en garde...
Histoire exubérante et pléthorique, jusqu'en page de garde !

Le parapluie de monsieur Roland / A. Duclert ; A. Léonard. - La Marmite à mots, 2016

Monsieur Roland, « que personne n'aime vraiment », se protège avec son parapluie, de la pluie mais surtout des « mots qui stressent, des mots qui blessent ». Monsieur Roland n'a déjà pas grand chose mais on lui a volé son parapluie. « C'est Madame Renée... qui n'est pas non plus très aimée. » Peut-être veut-elle l'attirer dans ce « grand lit-parapluie ? »
Texte en rimes et légèreté, illustrations photo poétiques et fantaisistes, l'album parle néanmoins d'un sujet difficile, celui des sans-abris. Mais la pauvreté n'empêche ni les rêves ni l'amour qui transfigure la réalité.

Où es-tu Léo / G. Olive ; Z. He. - Seuil, 2016

Le narrateur cherche inlassablement Léo, son compagnon inséparable, « membre de la famille » à part entière.
C'est un hommage très beau que l'enfant rend à son chien. Il évoque son caractère doux et bienveillant et tous les moments de balade, de jeu, complicité. Sa maladie aussi. Et sans que la réalité, vue à hauteur d'enfant, soit clairement formulée, l'hommage devient posthume. Pudique et bouleversant.

Je veux ma couche ! / J.-C. Sarrazin. - Bayard, 2016. - (Les belles histoires des tout-petits)

Poussin est à l'âge où il doit apprendre à se servir du pot et Maman Poule l'y incite pudiquement. Renard lui a tout autre chose en tête et l'estomac dans les talons. Mais il faut attendre que les besoins naturels de Poussin soient assouvis...
Que Poussin ruse ou agisse naïvement, l'effet est garanti, pour le renard dégouté comme pour le lecteur amusé.

Cette nuit-là… au musée / I. Simler.- Ed. Courtes et longues, Musée des Confluences, 2015

A la nuit tombée, le musée (des Confluences à Lyon) s’endort. Les collections sommeillent ; fossiles, coquillages, insectes, mammifères immobiles… Soudain, les papillons s’éveillent, petites taches qui se dispersent dans le musée, et réveillent les animaux. Tous déambulent dans les couloirs et s’amusent avec les diverses collections dans les galeries jusqu’au petit matin.
Ce magnifique album nous propose une balade onirique le long des galeries du musée. Isabelle Simler illustre avec des dessins finement travaillés cette flânerie en une alternance de planches de collections et de vues des couloirs du musée. Un album documentaire à découvrir tel un album de fiction.

La boîte magique d’Houdini / B. Selznick. - Bayard jeunesse, 2016


Houdini, le célèbre magicien du début du XXème siècle, est au centre de ce roman graphique. Maître de l’escapologie, l’art de se libérer des cordes, il arrivait à s’échapper de coffres cadenassés jetés dans la mer, ou de cellules de prison hermétiquement fermées. Brian Selznick nous emmène sur ses traces à travers l’histoire d’un jeune garçon, Victor, qui rêve de reproduire et réussir les tours de passe de passe du maître. Victor, tenace, tente de traverser un mur de briques ou de s’échapper du coffre de sa grand-mère, mais en vain… Sa rencontre fortuite avec le grand magicien et sa femme sur le quai d’une gare va bouleverser sa vie…
Brian Selznick, auteur de « L’invention d’Hugo Cabret », signait là son premier roman graphique. On retrouve son crayonné, ses illustrations énigmatiques avec des perspectives étranges, des personnages disproportionnés par rapport au décor. Brian Selznick a vraiment le sens du mystérieux, à la manière de Chris Van Allsburg.
A noter que le livre est enrichi d’un dossier complet sur Houdini, constitué de photos, d’affiches de ses spectacles et présente, en outre, les conditions de réalisation de ce projet. A lire dès 9 ans.
Voir la notice

Plus froid que le Pôle Nord / R. Doyle. - Flammarion. - (Tribal)

La vie d'une famille recomposée n'est pas de tout repos. Erin, l'aînée en "crise d'adolescence", est perpétuellement en colère et mène la vie dure à toute la famille. L'annonce du retour de sa mère, partie des années auparavant aux États-Unis sans guère donner signe de vie, met le feu aux poudres. Sandra la belle-mère décide d'emmener ses deux fils en vacances en Finlande, laissant le champ libre à Erin, son père et Rosemary revenue de l'oubli.
En Finlande, c'est le bonheur, la découverte des grands espaces et des chiens de traîneaux. Jusqu'à ce que Sandra disparaisse...
En Irlande, les retrouvailles entre Erin et sa mère sont difficiles et douloureuses.
La grande aventure d'un côté, le face à face tendu de l'autre, chacun apprend à sa manière à grandir, à envisager le parent comme une personne à part entière. Ce qui permet aussi de redéfinir son identité d'enfant. Le style reflète bien cette hésitation permanente, toujours sur le fil des émotions. On oscille donc entre réactions spontanées, individualistes et réflexions plus responsables prenant en considération l'Autre. 
Voir la notice

Emile et la danse de boxe / V. Cuvellier ; R. Badel. - Gallimard, 2016. - (Giboulées)

« Aujourd'hui, Émile fait l'activité » Parce que l'activité, c'est important. Alors peu importe laquelle mais « il faut inscrire Émile à l'activité ». Maman -toujours en voix off- propose, Émile choisit : ce sera la danse. La danse de boxe s'il vous plaît parce qu'il va de soi qu’Émile ne fait rien comme tout le monde. Et même s'il faisait du yoga, ce serait du « gros yoga de boxe paf paf  ». Pensez-vous qu'il sera mal à l'aise, entouré d'une ribambelle de filles ? Ce serait bien mal connaître notre Émile toujours déterminé, toujours fabuleusement capable de nous tirer les larmes de rire. En cause, le verbe abrupt et précis de Vincent Cuvellier allié au trait délicieusement irrévérencieux de Ronan Badel. Vous l'aurez compris, on en redemande !

Mon chat boudin / C. Roussey. - La Martinière Jeunesse, 2016

Mon chat boudin, un chat paresseux, mais heureux.
Quand Boudin rejoint la famille, il ne s'attendait pas à se retrouver dans une maison en perpétuel mouvement. L'activité, ce n'est pas son truc, lui ce qu'il aime, c'est paresser sur le canapé, s'étirer pour mieux se recoucher, se faire dorer au soleil et profiter. Bouge-toi Boudin, je suis pressée ! On est mercredi, il n'y a pas cours aujourd'hui et pourtant, quelle animation !

L'ours qui jouait du piano / D. Litchfield. - Belin jeunesse, 2016

En se promenant dans la forêt, un ours découvrit un piano, il eut un succès fou ! La scène, les concerts, les applaudissements... Mais quelque chose manque au musicien : sa forêt et ses amis... Mais que vaut le succès sans sa famille et ses amis... Un album touchant au dessin enchanteur et un ours qui va se rendre compte de ce qui compte le plus à ses yeux ! Coup de cœur assuré.

C'est ma mare / C. Garralon. - Mémo, 2016

En voilà une jolie mare ! « C'est ma mare » décrète le canard jaune. Le problème c'est que le blanc dit la même chose, puis le rouge, le vert etc. Pas de problème, on partage en parts égales, toujours plus petites et inconfortables bien sûr. Arrive le canard noir qui ne revendique rien, si ce n'est de s'amuser avec les autres. Stupeur de part et d'autre :
 « Cette mare n'est-elle pas à tout le monde ? 
- A tout le monde ?! » 
Un regard tout en douceur sur la tristesse d'un monde subdivisé en propriétés alors qu'il est si riche de partager la jouissance d'un lieu. Une leçon à répéter, comme dans l'album, encore et encore.
Voir la notice

De si beaux cheveux / G. Constant. - Oskar, 2016. - (Court Métrage)

« Je voulais de la radicalité, une radicalité à la mesure de l’offense que j'avais subie, et pour laquelle la société ne me donnerait jamais réparation. » Jeanne explique dans ce texte court pourquoi elle a attenté au symbole de sa féminité. Raser ses cheveux, un acte violent pour elle-même mais qui interroge surtout les autres. Son but : leur expliquer qu'elle ne supporte plus les remarques sexistes, humiliantes, incessantes des hommes qui pensent qu'interpeler une fille est un acte anodin.
Un manifeste féministe mais surtout un appel au savoir-vivre.