Le chien-chien à sa mémère / A. de Lestrade ; C. Delacroix. - Sarbacane, 2016. - (Album)

Très beau portrait de l'ami de l'homme. Un chien vit dans un refuge jusqu'au jour où mémère le choisit. Il existe entre eux deux une très forte complicité. Mémère ne se sépare jamais de son chien, jusqu'au jour où mémère rencontre pépère. Jaloux et énervé, le chien-chien décide de quitter sa mémère.

Mè keskeussè keu sa ? / M. Van Zeveren. - Ecole des loisirs, 2016. - (Pastel)

Koko et Kiki sont bien embarrassés par cette chose incongrue. « Sa vient dou ? Sa sert à kwa ? » Un vrai mystère. Trouvée par terre, la chose serait donc... de la crasse ? Mais elle a des bras, des orteils, des oreilles...
Au temps de la préhistoire, et dans un langage primitif (à lire bien sûr à voix haute), le couple découvre la parentalité, dans la circonspection puis dans la tendresse la plus totale.
Drôle et attachant, comme ses personnages.
Voir la notice

Le chat qui n'arrêtait pas de grandir / H. Traxler. - La Joie de lire, 2016

Un peu perdus depuis le départ de leur fils, Monsieur et Madame Lagrange décident d'adopter un chaton. Ils en choisissent un rachitique qui n'a pas grande chance de survie. Contre toute attente, le chat grandit, grossit, explose tous les standards connus. « Miki a maintenant la taille d'un hippopotame. » Le phénomène intrigue et inquiète : le chat est enfermé à demeure. Or voici que dehors une petite chatte rousse a fait son apparition...
Ce chat prend les proportions de l'importance qu'il acquière auprès de ses humains et rétrécit lorsque sa nature de chat l'impose. Mais il est, en toutes circonstances, absolument irrésistible dans la démesure de ses positions. Loufoque et tendre, on aime !
Voir la notice

La vérité sur Alice / J. Mathieu. - Pocket jeunesse, 2016

Le début du roman est assez terne. On y parle de poids, de popularité, de coucherie. Des ragots circulent autour d’Alice qui serait une pute, une salope et autres insultes très subtiles. Les évènements étant racontés par plusieurs élèves, ils gagnent en nuances au fil des chapitres. Et en violence également, Alice étant la victime toute désignée d'un acharnement collectif. Dans la tourmente, elle n'aura voix au chapitre qu'en toute fin de roman. 
Pas de grande originalité dans l'intrigue de ce roman mais un décryptage intéressant des complexes de chacun, à l’origine de bien des lâchetés et des méchancetés.

Les regards des autres / A. Kalouaz. - Rouergue, 2016. - (Doado)

Au collège, Laure est la cible d’une bande de filles, qui la harcèle régulièrement. Elle subit des insultes, des moqueries, des brimades. La narratrice témoigne de la violence psychologique, insidieuse, mais aussi de la violence physique qu’elle subit. Petit à petit la jeune fille s’isole jusqu’à sécher les cours, s’enferme dans son silence et sa solitude. Elle sait qu’il faut qu’elle demande assistance à un adulte, mais ne sait comment aborder la question et craint surtout de ne pas être prise au sérieux.
Le roman décrit avec justesse le ressenti de Laure, mais certains aspects du récit nous paraissent peu vraisemblables : ses amis se montrent étonnamment absents alors qu’elle a besoin d’aide, ses parents semblent assez distants également. Elle est proche de Léo, lui-même  harceleur à ses heures, qu'elle interroge longuement sur les raisons qui le poussent à tourmenter d’autres élèves. Leurs dialogues semblent incongrus, on imagine mal cette jeune fille débattre avec rationalité de ce problème avec son camarade, alors qu'elle ne parvient pas à évoquer sa propre situation de victime. Le livre propose cependant une issue salutaire, Laure trouve finalement le courage de parler à son entourage et de s’opposer à la bande.

Poison City t.2 / T. Tsutsui. - Ki-oon, 2015. - (seinen)

Mikio Hibino mangaka a toujours plus de mal à faire publier ses œuvres. Il subit la censure pour son manga "Dark Walker". Ce manga est catalogué comme nocif par la commission de censure. Nocif car certaines planches inciteraient à la violence. Elles auraient une influence pernicieuse sur la jeunesse. Mikio Hibino est alors appelé à se justifier auprès de la commission.
Excellent manga qui met en avant la chasse aux sorcières effectuée par la commission de censure japonaise. Poison City fait aussi référence à la commission Wertham mise en place en 1954 aux États-Unis. Celle-ci avait pour but de protéger la jeunesse de la mauvaise influence exercée par les comics.
L'auteur qui lui-même subit la censure nous montre l'absurdité des décisions de cette commission.

Satanés lapins ! / C. Flood. - Circonflexe, 2016

Encore un ours bourru, bougon et fort peu amène. Il est ravi de vivre seul mais une famille -forcément nombreuse- de lapins s'installe à proximité de chez lui. Comble de malchance, les nouveaux voisins le dérangent sans cesse pour emprunter une chose, demander un service, faire connaissance... C'en est trop pour M. Ours qui explose. Les lapins, de bonne constitution, trouvent une manière, tout en discrétion, de ne pas couper pas les ponts.
Si l'histoire n'est pas nouvelle, l'illustration permet de la distinguer.  L'expressivité des personnages, les nombreux détails en pages de garde et dans la narration, l'histoire parallèle de la petite souris discrète, l'opposition entre les deux styles de vie, casanière et énergique puis la rencontre, enfin, tout cela est suffisamment riche et réjouissant pour nourrir plusieurs lectures.

Au creux de mon arbre / B. Teckentup. - Hatier, 2015

L'hiver s’achève et un hibou niché au creux de son arbre apparaît, il s’éveille en douceur, la végétation alentours est rare et encore couverte de neige, les animaux se cachent. Puis au fur et à mesure que le temps passe, les saisons s'installent.
En suivant les découpes et les petits trous, les animaux s'invitent à tour de rôle dans les branches, le feuillage et autour de l’arbre, ça foisonne de vie. Au fil des pages, les teintes changent et deviennent de plus en plus soutenues et exubérantes, les dessins s'enrichissent et explosent de couleurs pendant le printemps et l’été pour ensuite retourner vers un apaisement du décor végétal l’automne puis à nouveau l’hiver.
Les textes sont courts et remplis de poésie et les couleurs sont en harmonie avec les saisons. Le même arbre change d’aspect en fonction des saisons. L’originalité de cet album se trouve dans les découpes qui expliquent de manière intuitive le cycle des saisons. C'est une très belle manière d’enseigner aux tout-petits le cycle des saisons et l’écosystème d’un arbre au fur et à mesure que le temps passe. Pour les amoureux de la nature, c’est un vrai régal pour les yeux.

Comités de lecture du Pays de Montbéliard

Le comité de lecture vous fera découvrir la richesse des ouvrages édités chaque année pour la jeunesse, des tout-petits aux adolescents, et de mieux choisir les documents et la lecture adaptée aux publics jeunes. Les échanges entre les participants sont stimulants et vous ouvriront de nouveaux horizons !
Calendrier des comités de lecture 2016 
- Vendredi 29 janvier de 18h30 à 21h
Médiathèque Jules Carrez de Valentigney, en partenariat avec la librairie Nicod
Rentrée littéraire de janvier, nouveautés Enfants et ados

- Samedi 5 mars de 14h à 16h
Médiathèque municipale de Montbéliard
Spécial mangas Tout public

- Mercredi 27 avril de 14h à 16h
Bibliothèque municipale Janusz Korczak à Audincourt, en partenariat avec l’ADeC et la librairie Les Papiers bavards
Sur le thème du voyage Livres pour tout-petits, enfants et ados.

- Mardi 14 juin de 9h à 12h
Médiathèque municipale de Voujeaucourt, en partenariat avec la librairie Nicod
Nouveautés pour les lectures d'été Enfants et ados

Pour consulter les comptes-rendus : http://www.agglo-montbeliard.fr/#!/culture-et-patrimoine/lecture/comite-de-lecture.html

Contact :
Claire BAZIN Chargée de mission
claire.bazin[at]agglo-montbeliard.fr
Tel : 03 81 31 86 36

Groupes lecture de Croqu'Livre

Groupe Romans ados
Des thèmes forts et des sujets sensibles, du rêve ou de l’action...les auteurs de romans pour adolescents ne se privent de rien ! Une abondante production à découvrir et à partager au sein de ce comité de lecture, composé de documentalistes, bibliothécaires, parents, adolescents... le groupe se donne rendez-vous un mercredi par mois :
- 11 janvier 2017
- 15 février 2017
- 15 mars 2017
- 21 juin 2017
Horaires : 18h - 20h
En savoir plus  

Lieu : Croqu’Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse
27, rue de la République à Besançon
Dans l’enceinte de la médiathèque Pierre Bayle

London panic ! / M. Vermande-Lherm. - Sarbacane, 2016. - (Exprim')

Grande nouvelle pour les secondes B, un voyage à Londres est prévu ! Mais en raison de son « comportement inqualifiable en cours d'anglais » Lucie ne sera pas autorisée à y aller. Pas question de se laisser faire, Lucie prévoit son propre voyage même si -détail- elle n'en a pas les moyens.
Par un hasard rocambolesque, Lucie se retrouvera bel et bien à Londres, en tant que baby-sitter dans une famille de Lords. Cyril, le plus jeune, est obnubilé par « sa Géhenne et ses feux infernaux ». Lawrence, révolté par la société de consommation et le gaspillage, mène un projet artistiques autour des déchets. La mère, habituée aux disparitions, brille par son absence. Quant au père, il est légèrement dépassé... Chacun vit dans sa bulle. N'oublions pas, dans la galerie de personnages farfelus, le mystérieux Abu...
Lucie avec sa propre folie va néanmoins contribuer à remettre un peu d'ordre dans cette London panic. Une expérience qui l'aguerrit pour affronter sa propre famille.
Un roman nerveux dans le style comme dans l'intrigue, flirtant continuellement avec une exubérance -voire outrance- plaisante et drôle.

Hérodote le hérisson / J.-L.Buquet. - Courtes et longues, 2016

Le hérisson Hérodote est curieux de tout, de tous. La forêt lui donne mille occasions de s'étonner, s'émerveiller, se questionner. Lorsqu'il découvre l'ours faisant des offrandes au Grand Esprit des ours, Hérodote est fasciné et s'enquiert des Grand Esprits de chaque animaux. De quoi questionner aussi l'identité de chaque espèce. Et lui, hérisson, qui est-il, en qui, en quoi peut-il croire ? Le vénérable le guide mais c'est en lui seul qu'il trouvera la réponse.
Très jolie quête d'un être éveillé qui progresse dans la vie à l'écoute des autres et de lui-même.

Petite cage cherche un oiseau / R. Papa ; C. Chauffrey. - Belin, 2016

Petite cage cherche désespérément un oiseau à accueillir. Elle vante les mérites de la pension mais aucun oiseau ne semble alléché. La vieille chouette lui fera la politesse de la vérité, une vérité qu'il est bon de faire entendre aux humains :
« Aucun oiseau ne vit dans une cage de son plein gré. »
Une histoire à répétition véritable hymne à la liberté, dont les illustrations rendent hommage à la beauté des oiseaux.

Libérez-nous / P. George. - Ecole des loisirs, 2016. - (Pastel)

Il y a ce titre, injonction des animaux, mais ensuite, la démonstration est portée par l'illustration seule. Dans un jeu de doubles-pages, la réalité porte deux visages qu'un simple calque permet de modifier. A droite une soupe à l'aileron de requin. En tournant le calque, le requin à gauche retrouve sa complétude, dans son milieu naturel. Une dame porte une fourrure, vite, tournons la page transparente, le renard, vivant, est lové au creux de l'arbre.
11 situations qui dénoncent la chasse, le cirque, la pêche, l'élevage intensif, les zoos, la fourrure, le carnisme, l'abandon des animaux... La page finale reprend la parole et élargit le propos en nous interpelant : « Quels autres animaux vas-tu sauver ? » Un livre simple, percutant, militant.

Taupinette et Petivers / C. Pernaudet ; S. Chebret. - Lito, 2016. - (Drôles d'animaux)

C'est une histoire de course entre une taupe et un ver de terre. Chacun croit l’emporter haut la main mais bien sûr la chute surprend tout le monde, concurrents et lecteurs !
Graphisme et texte très simples pour une histoire à l'humour noir qu'on ne voit pas venir.

Le caillou / T. Dedieu. - Seuil, 2016

L'assaut, le massacre, la terreur. Les Khomènes règnent désormais, « disent ce qui est le bien, ce qui est le mal (et sont) porteurs d'une nouvelle culture. » Impossible d'accepter la montagne perle symbole de la culture historique du pays, qui n'est pour eux qu'un « caillou dans la chaussure». Il sera donc détruit. Le début d'un déséquilibre et d'un isolement. D'une errance.
Le conte, glaçant dans sa chute, se raconte sous l'égide, en pages de garde, de cette sentence : « Les hommes sans mémoire n'ont pas d'avenir ». S'il n'est pas des plus accessibles, il constitue une base indéniablement intéressante pour une réflexion sur le terrorisme et les méthodes d'embrigadement, quand les patrimoines culturels disparaissent dans une relative indifférence (Afghanistan, Irak, Syrie).

Marius le chat : la citrouille géante / E. Moser. - Casterman, 2016

Voilà une série que l'on a envie de mettre en avant : chaque titre comprend "4 drôles d'histoires à lire tout seul" autour du chat Marius, débrouillard et inventif. Chaque saynète se lit en quelques phrases et images mais simplicité ne rime en rien avec pauvreté !
Une première lecture qui respecte l'enfant dans l'imaginaire proposé.
Autres titres de la série : Le roi du patinage / Une peur bleue ! / Drôles d'idées !
Voir la notice

Solo t.2 : Le coeur et le sang / O. Martin. - Delcourt, 2016 - (Contrebande)

Dans ce deuxième album on voit un Solo qui par jalousie préfère reprendre la route. Sa petite amie Lyra a délaissé Solo pour son ami Grand qu'elle a retrouvé. Lors de son parcours, le passé de Solo va refaire surface puisqu'il retrouvera son père et son frère. Avec eux, il comprendra que la jalousie ne mène à rien. L'essentiel étant de fonder une famille, il décide alors de reprendre la route afin de se faire pardonner.
Ce deuxième opus de la série est axé sur les sentiments amoureux, la famille. Le graphisme est toujours aussi bon.
Voir la notice

Empreinte digitale / P. Favaro. - T. Magnier, 2016. - (Nouvelles)

Nous pouvons toujours compter sur Patrice Favaro pour proposer des ouvrages en phase avec les préoccupations sociétales. Dans ce recueil de quatre nouvelles en écho les unes aux autres, c'est une évolution du monde en quatre périodes qu'il propose.
Dans Rien à cacher, un certain Ramzi Alkantara est contacté par le ministère de la Défense pour participer à un programme de reconnaissance faciale. Devant l'objectif annoncé : « repérer les terroristes sur le point de commettre un attentat », Ramzi se laisse convaincre. Bientôt on le convoque non plus en tant qu'assistant du programme mais en tant que coupable...
Dans Stop the Cyborgs, à l'ère des transhumanistes, la surveillance s'est dotée de nouveaux moyens : drones en vol autonome, agents infiltrés. Tout est sous contrôle...
Quelques années et quelques pages plus tard, c'est d'Histoire, de passé dont il s'agit. La firme Empreinte digitale est là pour organiser la sauvegarde de tous les documents du monde, dans un système généralisé et ultra puissant de cloud computing. Qui dit contrôle dit informations expurgées. Comment accéder alors à la vérité du monde ?
Dans la dernière nouvelle Une fragile connexion, l'intelligence artificielle a trouvé son point d'achoppement avec l'avènement des cités bulles hors desquelles l'homme ne peut pas vivre.
Un homme, Loup gris, a échappé à l'apocalypse. Un homme autrefois appelé Alkantara...
Un homme averti en vaut deux, est surtout capable de traverser, un tant soit peu épargné, les outrances de l'homme.
Dans un contexte d'état d'urgence, qui pourrait être maintenu jusqu'à l'éradication de Daesh (!), qui permet d'assigner à résidence toute personne lorsqu’il existe "des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace", la notion d'intention, dans un contexte de surveillance, prend une dimension inquiétante. De cette mise en garde découle toute une dystopie de ce que pourrait devenir notre monde si nous nous laissons aller à la peur et à l'illusoire sentiment de sécurité que dispenserait une surveillance ultracontrolée.
Voici un des aspects de la mise en garde que nous adresse Patrice Favaro dans ce recueil riche en réflexions, intelligemment construit.
Voir la notice

Une journée parfaite / D. Parker ; F. Blackwood. - Grasset, 2015

Une journée parfaite ? C'est une journée où l'on cuisine, se promène, bricole, patouille, parle aux animaux... « De l'air pur, un endroit pour respirer. » ... « Une large fenêtre d’où l'on peut observer » ... « Un endroit confortable, quelqu'un à câliner ».
Un catalogue d'instants quotidiens mais précieux, en fratrie, sans qu'aucun adulte ne soit présent (à l'inverse, le chat est de toutes les pages). Les 3 enfants pratiquent tous une même activité, ensemble mais différemment selon leur âge, évoluant en toute autonomie.
L'illustration d'une autre époque est pourtant porteuse d'une façon de vivre libre, épanouissante, émancipatrice.
Voir la notice

Ce n'est pas l'histoire / M. Escoffier ; A. Piu. - Frimousse, 2016

Page de garde, un œuf se craquèle pour libérer, en page de titre, un petit poussin jaune. Nous suivrons ensuite ses aventures, résumées à l'aide de pages de couverture successives. Prout prout fait de la musique de Micaca Escoffier et Amandine Pipi aux éditions Aux quatre vents, voilà pour la première mésaventure du poussin qui se retrouve... enfumé. Il y aura aussi La Chasse à la carotte par Michaël Pascoiffer et Amandine Poux chez Pan ! Pan ! éditions. Puis beaucoup d'autres... Mais le poussin est las d'être victime collatérale et  désespère de vivre enfin son histoire à lui. Il faudra attendre la page finale et la dernière page de garde pour le voir enfin en héros principal.
C'est un album à lire, observer, relire, pour en apprécier tous les aspects : il y a ces différents univers, terrain de jeux d'histoires en gestation, les jeux de mots sur les auteurs et éditeurs, l'interaction entre la couverture du livre et, page suivante, notre petit poussin, autant de nombreux détails à traquer... Une mise en abime du livre énergique et inventive, qui en montre toute la puissance imaginative.

La paix, les colombes ! / G. Bachelet, C. Delacroix. - Hélium, 2016

Les colombes de la paix, un thème qui devient très fécond sous le trait de Gilles Bachelet et Clothilde Delacroix. Fécond et irrésistible, tant leur échange, dialogue en double page, recèle d'humour, d'inventivité, de surprises. Nous découvrons donc la vie des colombes -vie professionnelle et personnelle- et force est de constater que nos messagères ne sont pas toujours ni sages ni pacifistes...
Si les éclats de rire sont légion, la dernière double page laisse un goût amer, constat réaliste de l'état du monde. Pour adolescents et adultes.
Voir la notice


Une histoire qui... / G. Bachelet. - Seuil, 2016

Il y aura toujours autant de livres que de façons de les vivre, de les recevoir. Cet album en est une preuve illustrée, sous la forme d'un catalogue de situations de lecture avant de s'endormir. Si la situation initiale est identique, un parent, son petit, le doudou et une histoire, chacune se décline avec les particularités inhérentes à chaque espèce animale. Chez les phoques par exemple :
« Un papa à moustaches 
Un bébé bien au chaud
Un doudou au long bec...
...Une histoire qui fait fondre »
L'illustration et la typographie flirtant avec le calligramme rehaussent le poème faisant l'apologie  d'une lecture intimiste et douillette.

C'est juste Stanley / J. Agee. - Kaléidoscope, 2016

« La famille Wimbledon est profondément endormie » lorsque... Cling cling cling, Gloub gloub, Bzzz etc... « C'est juste Stanley ». Le décalage entre le "juste Stanley" répété et les exploits que réalise ce chien est cocasse. Mais d'ailleurs, que fait ce chien en pleine nuit ?!? Une histoire à répétition qui joue sur les nerfs d'une famille cherchant désespérément le sommeil. Mais que peuvent-ils contre la détermination d'un chien prêt à tout pour arriver à ses fins (que nous vous laissons découvrir) ?
Voir la notice

Grododo / M. Escoffier ; K. DiGiacomo. - Frimousse, 2016

Préparer son sommeil nécessite tout un rituel pour César. Un rituel en 7 étapes pour un « GROS dodo ». Mais ce soir tous les animaux alentours font, successivement bien sûr, un boucan infernal ! César sort, râle, expédie vivement chaque empêcheur de ronfler tranquillement. A chaque fois, il faut reprendre le rituel. De quoi en perdre son latin...
Notre personnage préparant son sommeil aura peu de répit dans cet album : en témoignent onomatopées, dialogues vifs, mise en page et typographies variées et surtout, un bon final. Tout concourt à chahuter César et à bien réveiller le lecteur, réjoui !
Voir la notice

Bouche cousue / M. Muller-Colard. - Gallimard, 2015. - (Scripto)

Le sempiternel dimanche en famille n'aura pas le déroulement habituel aujourd'hui. La tension est palpable, prête à éclater. Et le drame dans cette famille si parfaite et si propre -comme les professionnels de blanchisserie qu'ils sont- c'est que le fils Tom a embrassé un garçon. L'annonce fait basculer Amande, tante et narratrice, à l'époque de ses 15 ans...
La scène initiale du repas dominical forme en elle-même une nouvelle parfaite, à la fois par le style et l'ambiance, sur la représentation immuable que savent se donner les familles.
« Nous formions ce musée qui contraint chacun à rester éternellement celui qu'il a été un jour. Nous formions une famille. »
La suite est toute aussi prenante, dans l'évocation d'une période troublée et troublante pour Amande qui découvre la puberté et le désir sexuel. Elle trouve un soutien extraordinaire chez Marc et Jérôme, couple attentif et compréhensif qui prend le relais d'une famille sclérosée. C'est bien grâce à eux qu'elle pourra aussi surmonter sa première expérience amoureuse. « À 15 ans quand on n'a pas les codes, on a sa sincérité.(...)  Mais la sincérité est un oiseau aussi piailleur que fragile. Si on lui donne trop de liberté, elle risque de s'égarer et de nous égarer avec elle. »
Un roman très fin dans l'analyse psychologique, pudique, émouvant, avec en toile de fond Didon et Enée de Purcell. Les aspirations d'une jeune fille basculant dans l'âge adulte, malmenée par la vie, trouveront une issue, aussi douloureuse soit-elle. Le contrepoint temporel en début et fin de roman montre à quel point les blessures originelles laissent des traces.
Voir la notice