Je t'ai rêvé / F. Zappia. - R. Laffont, 2015. - (R)

Alex lutte depuis des années -depuis son diagnostic de schizophrénie- pour maintenir une stabilité dans sa vie. Puisqu'elle n'a jamais la garantie de ce qui est réel et ce qui ne l'est pas, elle cartographie le quotidien avec son appareil photo, pour mieux mettre à distance ses hallucinations et sa paranoïa.
Il y a un beau souvenir qui pourtant échappe à cette mesure de contrôle, c'est la rencontre avec un garçon, lorsqu'elle était enfant, devant un aquarium de homards. Ce souvenir qui la poursuit prend une envergure accrue lorsqu'elle fait la connaissance de Miles dans son nouveau lycée. Est-il ce petit garçon ou a-t-elle tout rêvé ?
Alex émeut le lecteur : si tout adolescent se débat avec la volonté d'une normalité et le désir d'appartenance, cette lutte est évidemment décuplée pour elle, avec la terrible menace de l'hôpital psychiatrique si elle dérape. Taire ses doutes à ses amis, à ses parents qui devraient la soutenir mais contribuent à ses troubles (c'est une des révélations du livre), la vie d'Alex est synonyme de peur et de solitude. Miles pourrait être celui avec qui partager une nouvelle vie et échapper au chaos. Ce qui pourrait l'aider également, c'est la découverte qu'elle n'est pas la seule, loin s'en faut à avoir des troubles psychologiques et à flirter avec la folie.
« Va te faire foutre, cerveau. »
Voir la notice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire