Zaï Zaï Zaï Zaï / Fabcaro. - 6 pieds sous terre, 2015. - (Monomètre)

Zaï Zaï Zaï Zaï narre la mésaventure d'un auteur de BD qui au moment de payer n’a pas sa carte de fidélité. Il est obligé de partir en cavale dans la France profonde après avoir menacé la caissière avec un poireau et avoir eu une altercation avec un vigile. Ce petit fait divers est monté en épingle dans les informations, il devient l’ennemi n°1. Son histoire divise la société.
Véritable road-movie, cette BD est bourrée d'humour. L'écriture de Fabcaro est fluide, son dessin sobre.  A lire absolument.

Facteur pour femmes / D. Quelle-Guyot ; S. Morice. - Bamboo, 2015. - (Grand Angle)

La guerre 14-18 vide une petite île bretonne de tous ses hommes valides. Maël, avec son pied bot n’a pas été incorporé et est promu facteur. Il devient l’homme à qui l’on peut tout confier et entre peu à peu dans la vie intime de chaque femme jeune ou plus âgée. Il sait les réconforter, suppléant à l’absence du mari... A la fin de la guerre, sachant que leur époux vont revenir, les femmes organisent une grande concertation sur l’avenir du facteur. Qu'adviendra-t-il de Maël ?
 Évocation de la première guerre mondiale vu depuis l'arrière, Facteur pour femmes a pour sujet principal les lettres de poilus, passeuses d'histoire et de l'Histoire.
BD à la fois touchante, poétique et parfois dramatique.
Voir la notice

Unlucky young men t.1 / E. Otsuka ; K. Fujiwara. - Ki-oon, 2015. - (Latitudes)

Tokyo, année 68, N (Norio Nagayama), « le tueur fou » de Tokyo, se lie d’amitié avec un certain T (Takeshi Kitano) comique raté qui a pour projet de réaliser un film. Il se lie aussi d’amitié avec Yoko, une jeune fille qui gravite autour d’une organisation gauchiste ayant pour chef K. Cette amitié survivra-t-elle aux bouleversements sociétaux à venir ?
Unlucky young men est un manga très instructif qui met en lumière le Japon de la fin des années 60 et plus précisément les manifestations estudiantines, la jeunesse révolutionnaire japonaise de 68 et le double jeu de la police.
Manga historique qui décrit la société japonaise, le tout agrémenté de références littéraires (à l'écrivain Kenzaburo Oé et au poète Tabuko Ishikawa).
Superbe graphisme, très fouillé, détaillé mais aussi très noir.
Voir la notice

Le sentier des reines / A. Pastor. - Casterman, 2015

En Savoie en 1920, deux femmes d’une même famille (belle-mère et belle-fille) perdent leur mari respectif. Elles décident alors de quitter leur village décimé par la guerre et deviennent colporteuses en mercerie avec un âne pour compagnon. Ensemble, elles affrontent les dangers de la vie errante et des rencontres imprévues.
Très bonne BD qui aborde la thématique de la condition féminine et son émancipation. Les dessins sont superbes et le scénario bien ficelé.

LastMan t.7 / Balak, M. Sanlaville ; B. Vivès. - Castermann, 2015

10 ans se sont écoulés depuis la mort de Marianne et la disparition d’Adrian. La vallée des rois jusqu’ alors paisible, a basculé dans une période sombre... Le Roi, toujours plus inquiet de maintenir les étrangers au-delà de la frontière d’Ether. Elorna de son côté est devenue une jolie jeune femme et a intégré la Garde Royale.
Excellente surprise que ce nouveau cycle.
Voir la notice.

Le Caravage t.1 : La palette et l'épée / M. Manara. - Glénat, 2015. - (Caractère)

Automne 1592 :  Michelangelo da Caravaggio dit "Le Caravage" débarque à Rome, toiles et pinceaux sous le bras. Il puise son inspiration dans l’âme de la Cité éternelle, entre grandeur et décadence, et auprès des personnages hauts en couleur qu’il y rencontre.
Fantastique travail de documentation. Superbe BD au plan graphique.
Voir la notice

Les esclaves oubliés de Tromelin / S. Savoia. - Dupuis, 2015 - (Aire libre)

L'île des Sables, un îlot perdu au milieu de l'océan Indien dont la terre la plus proche est à 500 kilomètres de là... À la fin du XVIIIe siècle, un navire y fait naufrage avec à son bord une "cargaison" d'esclaves malgaches. Les survivants construisent alors une embarcation de fortune. Seul l'équipage blanc peut y trouver place, abandonnant derrière lui une soixantaine d'esclaves.
Magnifique récit, entre passé et présent, d'une histoire tristement exemplaire. A mettre dans toutes les bibliothèques.
 Voir la notice

SuperS t.1 : Une petite étoile juste en dessous de Tsih / F. Maupomé ; Dawid. - Editions de la Gouttière, 2015

Mat, Lili et Benji, trois enfants réfugiés d’une autre planète, ont été abandonnés sur Terre par leurs parents. Dotés de super-pouvoirs, ils se retrouvent livrés à eux-mêmes. Tiraillés entre le désir de mener une vie normale parmi les humains, la peur d’être découverts et, pour les plus petits, l’envie de découvrir qui ils sont et ce dont ils sont capables, cette nouvelle rentrée des classes sur Terre s’annonce des plus mouvementées ! Science-fiction pour enfants qui sort de l'ordinaire. Histoire simple. Mise en couleurs vive.
Voir la notice

Bouffon / Zidrou ; F. Porcel. - Dargaud, 2015

Un garçon, si laid qu'il est appelé « Glaviot », grandit heureux dans les geôles d'un château, sous la protection du tortionnaire des lieux. Que pourrait-il espérer de plus qu'être le bouffon éperdument amoureux de la belle Livia, la fille du Comte ? Par un miracle tout ironique dont Zidrou a le secret, cet être difforme se révèle capable de ressusciter les femmes par ses baisers... Mais qui acceptera de les lui rendre ?
Voir la notice

DesSeins / O. Pont. - Dargaud, 2015

BD composée de 7 nouvelles qui racontent des histoires de seins. Toutes sont très intéressantes, très originales, deux sortent du lot : La première d'entre-elle parle du cancer du sein, a dernière met en scène une boutique de sous-vêtements qui est un lieu de réunions féministes. Très Belle idée de BD. Tome unique.
A lire absolument !
Voir la notice

Cher pays de notre enfance : une enquête sur les années de plombs de la V° République / B. Collombat ; E. Davodeau. - Futuropolis, 2015

BD documentaire sur les années sombres des années 60 et 70 marquées par les exactions commises par le "SAC" : Assassinats du juge Renaud, du ministre Boulin…. Créé début des années 60, le "SAC" ou Service d’Action Civique, est une association au service de De Gaulle et de ses successeurs. Il fut dissout en 1981 par François Mitterrand.
Cette BD de reportage décrit donc les actions la milice de De Gaule (sorte de police parallèle) à travers les témoignages et archives.
Prix du public au Festival d'Angoulême 2016.
Voir la notice

Les beaux étés t.1 = 1973 : Cap au sud ! / Zidrou ; J. Lafèbre - Dargaud, 2015

Un couple âgé se remémore ses vacances de jeunes parents. C'est en fait l'une famille belge avec trois enfants plus un imaginaire. En 1973, ils partent en direction de l’Ardèche en empruntant les petites routes. Mais ces vacances ne se passent pas comme prévus. Histoire d'une famille sympathique avec ses conflits.
C'est une BD optimiste mise en avant par de jolis dessins.
Voir la notice

L’ogre, Margotte et la galette / C. Tamain ; M. Béal. - Ane bâté

Il fallait bien un grand format pour ce grand et gros ogre à l’appétit sans limite ! Le jour où il s’apprête à manger Margotte en guise de 4 heures, la fillette le stoppe net et lui promet une galette. Mais il lui faut au préalable aller chercher les ingrédients. Chez notre ogre, les ingrédients demandés résonnent en format XXL : la farine sera donc livrée avec âne et meunier, le sucre avec l’épicier et sa boutique, les amandes, sur l’arbre…
Un album à la gourmandise impatiente et à la démesure réjouissante. En fin d’album, la recette de la galette, façon Margotte, « pour un ogre ou 6 personnes. »

Le voyage de Phoenix / Jung. - Quadrants, 2015. - (Astrolabe)

Roman graphique de 300 pages dans lequel les histoires de plusieurs personnages se mêlent.
Jennifer, fille d'un soldat américain passé en Corée du Nord, rejetée par l'Amérique et qui consacre sa vie à un orphelinat de Séoul.
Aron, qui adopte un petit garçon et s'attache tant à lui qu'il délaisse sa fille
Doug, le meilleur ami d'Aron, militaire et orphelin depuis longtemps, qui a poussé Aron à adopter.
Roman Graphique où les thèmes abordés sont nombreux : la quête d'identité, la recherche du père, la perte d'un enfant, l'histoire des deux Corées, les traumatismes liés à la guerre.
Magnifique dessin en noir et blanc. A lire....
Voir la notice

Le grand match / F. Bernard ; J.-F. Martin. - Albin Michel, 2015

Les slogans et les emblèmes sont peut-être légèrement différents, élargissant le propos à tout totalitarisme, mais le nazisme hante texte et illustration. Le narrateur, distant, observe la folie des Fanultras mais sera bientôt contraint d'entrer dans la danse infernale de la terreur lorsque son équipe de rugby est sommée de jouer contre l'équipe des Aigles Frères. De jouer, et de perdre pour laisser se glorifier l'équipe, symbole du parti. Il n'est plus temps d'être un spectateur muet de l'époque...
Le sport peut entrer en résistance, l'histoire et la double page documentaire finale nous le prouvent de façon certes un peu bavarde mais efficace.

Taupeville / T. Kuhlmann. - Nord Sud

Autrefois la vie était paisible pour les taupes. Mais la surpopulation galopante a rendu l'espace rare, le temps libre impossible, le calme inexistant. « La vie moderne » !
Constat grinçant d'une société qui paie le prix fort pour un bonheur formaté et illusoire ; le prix d'une nature sacrifiée et d'une conscience assommée.
Voir la notice

Blood Family / A. Fine. - Ecole des loisirs, 2015. - (Médium)

Eddie a passé ses sept premières années totalement cloîtré, à redouter la violence d'Harris. Ce dernier s'est tant acharné sur la mère d'Eddie qu'elle n'est plus en mesure de le protéger. Et puis un jour, c'est la libération : la découverte du monde extérieur, de personnes bienveillantes et surtout de soi-même. Mais comment savoir qui l'on est lorsqu'on a eu pour seuls contacts un homme ultra violent et une mère  continuellement hagarde ? Sa plus grande chance, son unique bagage : avoir pu regarder inlassablement les émissions éducatives et positives de Mr Perkins.
Alors sur la base de ces quelques connaissances, Eddie observe, imite, déduit et s'en sort remarquablement. Enfant timide, attachant, nerveux et très intelligent, il s'adapte à sa famille d'accueil, puis à sa famille d'adoption. Mais son père adoptif le sait : la douleur « est toujours là. Toujours. Tapie dans l'ombre comme un ennemi qui les observe et attend l'occasion de leur faire un croche-pied. » L'occasion ? Le jour où Eddie comprend qu'Harris était davantage que le compagnon de sa mère. Il est le père d'Eddie. Dans un malaise qui le pousse aux addictions, la question de l'identité revient en force : peut-on échapper au poids de l'hérédité ?
Anne Fine, après Le passage du diable (auquel elle fait d'ailleurs ici un clin d’œil), poursuit dans le registre de l'angoisse. Le roman est tout en tension, raconte la difficile émancipation d'un enfant qui cherche avec avidité le sentiment de sécurité. Anne Fine donne la parole non seulement à Eddie mais également à toutes les personnes qui lui viennent en aide. De quoi apaiser Eddie et le lecteur...

« Je m'étais mis à aimer passionnément les livres. J'avais l'impression que chacun d'eux me donnait des clés pour devenir normal. Qu'ils n'avaient été écrits que pour moi, comme autant de cours particuliers tranquilles et sans danger, sur la façon de vivre des autres. »
Voir la notice

Rien où poser sa tête / F. Frenkel. - Gallimard, 2015 (L’Arbalète)

Françoise Frenkel, une juive polonaise amoureuse de la France, décide, tout juste quelques années après la Guerre 14-18, d’installer une librairie française à Berlin. Gonflé ! Et ça marche bien, même si la montée du nazisme rend les choses impossibles.
« Je compris cette nuit-là pourquoi j’avais pu supporter l’accablante atmosphère des dernières années à Berlin… J’aimais ma librairie, comme une femme aime, c’est-à-dire d’amour. Elle était devenue ma vie, ma raison d’être. » p. 48
En 1939, il est temps de fuir vers Paris puis ce sera Nice, Avignon, Vichy, Grenoble, Annecy. D’un côté la peur de la dénonciation, des rafles, se cacher toujours, de l’autre les quelques courageux qui vous protègent et vous aident, les Marius notamment, des coiffeurs niçois. Etre comme un poisson dans un aquarium, une proie dans une toile d’araignée et là-bas la Suisse, l’inatteignable liberté.
Un témoignage publié en Suisse en 1945 et vite oublié, remis au goût du jour par cette réédition préfacée par Patrick Modiano, Prix Nobel de littérature.
Voir la notice

Avis : **

Le Club des divorcés t.1 / K. Kamimura. - Kana, 2015. - (Sensei)

On suit ici l'histoire d'une jeune femme de 25 ans : Yuko, divorcée et mère d'une jeune fille de 3 ans : Asako. Yuko est gérante ou "mama" dans un bar "le Club des Divorcés" où se retrouvent des hommes seuls au bras d'hôtesses. Depuis son divorce, Yuko n'a plus de relations intimes avec les hommes. Elle garde des rapports tumultueux avec son ex-époux.
Pour elle, le mariage est un "théâtre" où les femmes sont des actrices. Si elles se confondent avec leurs personnages, elles deviennent de bonnes épouses. Dans le cas contraire elles deviennent des divorcées.
On retrouve avec plaisir l'auteur de Lady Snowblood : Kazuo Kamumura. Il dépeint ici la condition des femmes divorcées dans le Japon conservateur des années 70 : sujet tabou à cette époque. Par l'intermédiaire du combat de Yuko, l'auteur nous fait prendre conscience de la difficulté des femmes à s'affranchir de leur mari, de leur détresse et du regard de la société vis à vis d'elles. Cette œuvre touchante a aussi une dimension sociologique puisque l'auteur intègre des statistiques.
Le scénario est très bien construit, les personnages décrits sont attachants. Le graphisme de Kazuo Kamimura fait une fois de plus mouche.
Voir la notice

Tout revivre / M. Gornet. - Thierry Magnier, 2015

Solveig, Matthis et Jordan partagent la narration de ce roman. La première a perdu sa grand-mère il y a quelques mois. Elle est encore sonnée de devoir vivre sans celle qui l'a élevée.
Les seconds sont frères, cousins de Solveig, et viennent tout juste de perdre leur mère dans un accident de la route. Ils se connaissent très peu, chacun perçoit le mal-être de l'autre tout en étant cantonnés dans une douleur et une solitude qui les empêchent d'agir de façon juste.
Tous les sentiments du deuil vont se cristalliser autour du projet d'aménagement de la maison de la grand-mère, pour laisser enfin place à l'apaisement.
Un premier roman sensible où les personnages, tous très différents, parviennent à dépasser hébétude et colère pour construire une solidarité respectueuse de chacun.
Voir la notice

Last hero Inuyashiki t.1 / H. Oku. - Ki-oon, 2015. - (Seinen)

À 58 ans, Ichiro Inuyashiki est loin d’être un modèle pour ses enfants. Désabusé, fatigué et malheureux, il n'arrive pas à faire le bonheur des siens et à se faire aimer par eux ! Vieux avant l’âge, il est méprisé de tous et n’a pour toute amie que sa chienne Hanako. Comme si cela ne suffisait pas, on lui diagnostique un cancer en phase terminale lors d’un examen de routine… Alors qu’il pleure de désespoir dans un parc en pleine nuit, une lumière aveuglante apparaît… et c’est l’impact ! À son réveil, Inuyashiki n’est plus le même. Il est transformé en cyborg surpuissant : une sorte de "super-héros". Et il n’est pas le seul dans ce cas.
Avec ce manga Hiroya Oku n’est pas tendre avec la société japonaise. Il nous montre une image de la jeunesse japonaise particulièrement pessimiste, où les jeunes ne sont que des voyous sans la moindre culpabilité. D'ailleurs le "méchant" semble être un lycéen, lui aussi transformé suite à la chute de la "météorite". Ainsi outre la critique de la société à peine voilée et le conflit générationnel, Hiroya Oku nous expose la déshumanisation de la société.
Le graphisme certes classique est superbe. Le scénario d'une grande efficacité.
Bourré d'idées, dérangeant, Last Hero Inuyashiki est l'une des claques de la rentrée. 
Voir la notice.

Sykes / P. Dubois ; D. Armand. - Le Lombard, 2015. - (Signé)

Véritable chef d’œuvre Sykes, est un western à l’état pur. Cette BD se lit d’une traite. Une ferme vient d’être pillée et la fermière violée. Seul le fils, Jim, qui assiste au carnage parvient à s’échapper. Le marshall Sykes se met alors à la poursuite de la bande.
Ce western retrace aussi une certaine histoire de l’Amérique : celle de la spoliation des terres des colons par les banques qui utilisent tous les procédés possibles (intimidations, menaces, assassinats).
Scénario très bien construit, très rythmé. Le graphisme léché nous plonge dans l’Ouest américain. Western au réalisme violent et tragique, Sykes est une BD qui devrait passionner les amateurs du genre.
Une des meilleures BD de western depuis Blueberry.
Voir la notice 

Les crevettes ont le cœur dans la tête : journal sexy d'une trentenaire / M. Michau. - Albin Michel, 2015

La plume de Marion Michau est hilarante et ses métaphores ne manquent pas de piquant et d'originalité. Marion est une jeune femme comme nous le sommes toutes et on suit avec plaisir les péripéties de sa bande de copines tout aussi sympas (et aussi complètement déjantées). Elle est à la recherche de l'homme idéale, son Mr Big. « Je suis enfin décidée à trouver l'homme de ma vie... seulement les mecs bien, c'est pas comme les métros, il n'en passe pas toutes les quatre minutes. » Une comédie romantique survitaminée et pleine d'humour et d'autodérision, un Sex and the City à la française.
Voir la notice

La bibliothèque des cœurs cabossés / K. Bivald. - Denoel, 2015

Sara, jeune suédoise, est une femme attachante et positive mais surtout elle adore les livres et mieux encore elle adore les faire partager. Après avoir échangé une correspondance autour de leur goût pour la lecture avec son amie, elle débarque dans une petite ville des USA mais Amy est morte. Que faire ? Rester, repartir...  forcément elle va se démener pour amener les habitants à prendre goût à la lecture.
Avec son premier roman, Katarina Bivald nous offre une littérature touchante et amusante.
Un livre qui fait du bien.
Voir notice

Le corbeau et le fromage : fable à ma fontaine / D. Descamps. - Les Grandes personnes, 2015

Maître corbeau n'a pas digéré l'affront infligé à son ancêtre par Maître Renard et colporté par Jean de la Fontaine. Il a ici l'occasion de redorer son blason en se régalant d'un fromage bien fait. Il aborde ledit fromage bedonnant avec « la poétique comme tactique » et se voit répondre de façon grossière. Un corbeau, un fromage, il manque un protagoniste à cette fable revisitée, à la fois délicieuse et fort peu ragoutante !
Un album à lire particulièrement à voix haute, en faisant jouer les animations très à propos.
Voir la notice

Panique au village des crottes de nez ! / Mrzyk & Moriceau. - Les Fourmis rouges, 2015

Au village-nez, tout était joli et « tout allait super bien. » Mais il n'y aurait pas d'histoire si l'on s'en tenait là... Voici qu'un envahisseur a pénétré dans la maison de Papy Boulette, a tout saccagé, dévasté. Cela pourrait être dramatique, mais étant donné que nous sommes en compagnie de crottes de nez qui voient leur habitat ravagé par... un doigt, c'est un joyeux délire scatologique auquel le lecteur est convié. Alors ne boudons pas notre plaisir et laissons nous embarquer par ces crottes de nez très humaines et expressives en quête d'un habitat plus tranquille.
Voir la notice

De quelques amoureux des livres… / Philippe Claudel. - Finitude, 2015

Curieux petit livre où Philippe Claudel se livre à une espèce d’inventaire plein d’imagination des écrivains contrariés. Ces victimes de la page blanche sont traitées de façon humoristique. Cela se lit très vite et plaisamment. D’aucuns font des rapprochements avec Jorge-Luis Borges ou encore Alberto Manguel, on peut aussi à l’évidence évoquer « Une Collection très particulière » de Bernard Quiriny et même, dans la façon de faire, « Crimes exemplaires » de Max Aub, cet auteur improbable qui fut Français, Allemand, Espagnol et Mexicain.
Voir la notice

 Avis : **

Ma vie de pingouin / K. Mazetti. - Gaia, 2015. - (Gaia Littérature)

Les trois personnages principaux nous emmènent littéralement avec eux en Antarctique, pour une plongée dans les glaces, entourés d'icebergs, de phoques, de pingouins et d'oiseaux. Chaque chapitre donne la parole à l'un des protagonistes, Alba une globe-trotteuse de 72 ans, Tomas, un divorcé au bout du rouleau et Wilma, l'indécrottable optimiste du groupe.
Cette croisière dégage un charme fou, elle est à la fois vivifiante, reposante et épanouissante, on a l'impression que ces quelques jours sont comme une parenthèse dans le cours des vies de chacun, un moment pour s'accorder du temps, pour réfléchir et oser décider de la suite.
Voir la notice

Mémé dans les orties / A.Valognes. - Michel Lafon, 2015

Un premier roman plein d'humour et de bonne humeur. Fernand vit tout seul avec sa chienne Daisy, mais lorsqu'elle prend ses jambes à son cou, il est anéanti. Il n'a plus envie de rien, jusqu'au jour où une fillette et une mamie geek frappent à sa porte et forcent son cœur.
Une lecture qui fait du bien.
Voir la notice

Amis d'un jour / C. Vallat ; J. Parachini-Deny. - Naïve, 2015

Acquérir son indépendance n'est pas facile. Dali le renardeau en fait l'expérience, mais avec les conseils de sa mère en tête, il « apprivoise son nouveau monde » et brave les difficultés. Jusqu'au jour où il tombe au fond d'un ravin. Alors, ses seules forces ne suffisent plus. « La forêt est un refuge mais c'est aussi un endroit semé d'embûches » et si chacun ne veille pas sur l'autre, survivre est impossible...
Belle leçon de solidarité très apaisante, en couleurs fauve et bleu nuit.
Voir la notice

Dylan Dubois / M. Pouchain. - Sarbacane, 2015. - (Exprim')

Après un an passé en foyer pendant que son père se débattait avec l'alcoolisme, Dylan est impatient de rentrer pour retrouver son père et son chien. Mais dans le nouveau tableau familial, il faut ajouter Cynthia et son fils Pedro. Dylan a décidé que cela se passerait bien, alors peu importent les caprices de Cynthia, son inconséquence quant à l’éducation de son fils, à l’équité dans le couple, ou encore ses lubies hygiénistes qui lui font exiger que Rusty reste dehors. Peu importe tout cela, Dylan se veut exemplaire. Mais les mois passent, les manipulations de cette belle-mère retorse au « sourire gandhiesque » pousse Dylan à bout. Après l’avoir frappée, il fuit avec Rusty, sans but, si ce n’est peut-être celui de digérer sa haine. Plus tard, il se dit que cela pourrait également être l’occasion d’aller rendre visite à sa mère, lui demander pourquoi elle l’a abandonné. Dylan et Rusty entament une longue marche qui fera de lui un « collectionneur d'humains ».
Le récit se découpe en trois parties, sous l'égide de trois femmes : Cynthia (« Cynthia ne donne pas : elle investit. ») ; Mona (qu’il n’appelle plus maman depuis son départ) et Tobie (« Fille intègre qu'on ne peut satisfaire de faux-semblants »). Un parcours initiatique de la haine à l’amour, de la solitude à la plénitude de savoir qui il est, ce qu’il veut.
« Cet intérêt (de faire le bien) n’a rien à voir avec la gloire ou l’argent (…) En l’occurrence, il s’agit de la giclée de joie pure qui suit l’acte. Et cette joie a quelque chose à voir avec l’idée d’avoir fait un bond en avant dans sa propre estime. »
Voir la notice

L’Etrange bibliothèque / Haruki Murakami. - Belfond, 2015

Un jeune garçon discipliné et obéissant arrive à la bibliothèque pour y rendre dans les délais impartis les deux livres qu’il a empruntés. Lorsqu’il demande à en avoir d’autres, on l’envoie au sous-sol à la salle 107. Les choses commencent alors à prendre une étrange tournure. C’est que « si les bibliothèques se contentaient de fournir des connaissances pour rien, quel serait leur bénéfice ? » (p. 26).
Un agréable et très court récit superbement illustré, onirique, ou plutôt cauchemardesque, accessible aussi aux plus jeunes.
Voir la notice

Avis : **

Maman renard / A. Momenceau. - L'Agrume, 2015

Silhouettes en papiers découpés collées sur un paysage enneigé. Des renardeaux gambadent autour de leur mère qui les perd bientôt de vue. Par un jeu de pages découpées, les petits garnements apparaissent et disparaissent dans la forêt, leur maman les cherche patiemment un à un. Après tant d'émotions, il est temps d'aller dormir...
La page finale, en contraste avec le mouvement induit par l'histoire, procure un réconfort et un apaisement puissant.
Voir la notice

Avant l'ouragan / J. P. Rhodes. - Ecole des loisirs, 2015. - (Neuf)

Lanesha est orpheline de mère, quant à son père, il n'a jamais donné signe de vie. Ni lui, ni sa « stupide famille des beaux quartiers. » Mais Lanesha n'en a cure parce qu'elle a Mama Ya-ya qui lui a sauvé la vie et ne l'a jamais lâchée depuis. Avec elle, elle a tout appris : interpréter les symboles et les signes,  aimer et être aimée, gérer son don de « double vue »... Lorsqu'on annonce un ouragan -Katerina en Louisiane-, Mama Ya-Ya et Lanesha se préparent. Lors de la catastrophe, elles devront, avec le timide TaShon et son chien Spot, affronter bien plus que ce qu'elles avaient imaginé.
Voilà  un roman atypique, très ancré dans une réalité terrible et tangible dans sa description de la catastrophe qui s'abat ; mais aussi dans une atmosphère qui nous est moins commune, celle des esprits, ceux auxquels tout le monde croit en Louisiane mais que ces personnages eux, peuvent voir et comprendre. Il règne aussi un amour d'une force telle qu'il permet de tout affronter, même le pire en rafale.
Voir la notice

A la recherche du Père Noël / T. Dedieu. - Seuil, 2015

Voilà longtemps que nous n'avions pas lu un album sur Noël aussi fort, fond et forme confondus.
Le petit bonhomme de neige a un cadeau pour le père Noël. Du champ des Sorenson jusqu'en Laponie, le chemin est long et il doit souvent demander sa route, en échange de ses maigres biens. Qu'aura-t-il à donner au Père Noël en arrivant ?
L'histoire est classique, randonnée enneigée, mais l'illustration est époustouflante. Chaque échange entre le petit bonhomme de neige et les animaux sauvages donne lieu à des gros plans en grand format, magnifiques tableaux expressifs. L'image finale fera fondre le lecteur sensible à la générosité de ce petit bonhomme déterminé.

Trait bleu / Jacques Bablon. - Jigal, 2015. - (Jigal Polar)

Premier roman. Le narrateur est condamné à 20 ans de prison pour un crime qu’il croyait avoir commis. A sa surprise, il est libéré car s’est Iggy, son meilleur ami, qui est en réalité le meurtrier. Lorsqu’il retourne chez lui, il découvre un second cadavre dans son jardin. Puis quatre malfrats l’agressent pour une sombre histoire de magot que le fameux Iggy aurait détourné à son profit. Et ce n’est que le début de rebondissements en cascade, d’imbroglios rocambolesques.
Un court roman noir, moins de 150 pages, bien emballant, qui joue avec les codes du genre et où l’on distingue une plume talentueuse. Auteur à suivre indubitablement.
Voir la notice

Avis : **

Le loup tombé du livre / T. Robberecht ; G. Mabire. - Mijade, 2015

Le loup est tombé d'un livre et se retrouve perdu dans la chambre de Zoé. Perdu et pourchassé par un chat maître des lieux. Vite, il tente de regagner un autre album, mais que pourrait bien faire un loup dans un livre de princesse à la cour ? Il sera ainsi mis à la porte de plusieurs ouvrages, jusqu'à trouver le bon, celui où il peut jouer un rôle à sa mesure.
Le loup est décidément une star des contes et de la littérature jeunesse, cette mise en abîme lui donne une nouvelle fois l’occasion de briller.

La légende de Tidéon / A. Cadot. - T. Magnier, 2015. - (Petite poche)

Comme tous les hommes de son clan, Tidéon part chaque année à la chasse pour constituer les stocks de viande pour l'hiver. Alors, même si, « l'âme pacifique et le cœur généreux, Tidéon n'aspirait qu'à la tranquillité des jours apaisés », il part, prenant le risque « d'être englouti dans les tréfonds. » Il devient même un chasseur d'exception à la réputation légendaire. Le jour où il débusque le « souverain des bois », il est hypnotisé par sa splendeur. L'animal ne fuit pas, le scrute, le met à l'épreuve, « lui imposant un choix, le seul peut-être qu'il n'eût jamais à faire. »
Un conte des temps premiers sur notre rapport aux animaux. Le trouble introduit par la fin abrupte renforce la réflexion.