Zen / Maxence Fermine. - M. Lafon, 2015

Maître Kuro est au sommet de l’art de la calligraphie. C’est un sage qui suit la voie du zen, médite. Il vit seul dans sa modeste pagode au cœur d’une forêt d’érables, enseigne parfois pour assurer ses maigres besoins. Il s’accorde un jour de repos par semaine pendant lequel il va parfois voir un théâtre ambulant qui offre un kamishibaï, il s’autorise même parfois quelques brochettes et un verre de saké dans un restaurant. Rien ne semble pouvoir perturber cette vie simple voire ascétique, une harmonie proche de la perfection, et pourtant…
Maxence Fermine fait partie de ces auteurs comme Hubert Mingarelli ou Antoine Choplin vers lesquels on aime revenir régulièrement pour voir ce qu’ils font et se laisser reprendre par leurs écritures épurés et absolument envoûtantes.
Et nous faisons bien dans le cas présent. L’auteur renoue ici avec la façon de faire de ses premiers romans, « Neige » ou « Le Violon noir ». Avec Fermine toute chose devient belle, infiniment douce, légère et fragile. Que c’est beau !!!

Avis : ***

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire