Jacques a dit : récit autobiographique/ Susie Morgenstern. - Bayard, 2015

Ceux qui connaissent Susie Morgenstern comme écrivain pour les enfants en découvriront une autre ici. Une femme qui traverse en 1967 l’océan Atlantique pour vivre avec son mari, un mathématicien français, une curieuse histoire d’amour en milieu juif et former un couple improbable. C’est aussi l’histoire d’une amerloque qui épouse avec une certaine difficulté la France et aussi la langue française. Elle est follement amoureuse de son Jacques, cet intellectuel taciturne, et ne se sent souvent pas à la hauteur de son imposante stature qui l’écrase. Elle l’admire et a parfois l’impression qu’elle n’est pas grand-chose face à lui, qui ne semble pas avare de ses piques humiliantes. Lorsqu’elle gagne un prix pour l’un de ses livres, il lui balance : « Ils pensent que tu es la culture alors que tu n’es que Disney. » Elle apparaît étrangement dépourvue d’ambitions, d’envies : « Je ne sais pas si j’avais un autre but que d’attraper un homme et de faire des petits, mais je savais qu’il fallait adhérer aux aspirations de Jacques. », bizarrement soumise, puisque « Jacques a dit… » ! Une petite fille lui demande ce qu’elle ferait si son mari lui demandait d’arrêter d’écrire et elle répond sans mal : « J’arrêterais ! »
Pour ma part, j’ai ressenti un certain malaise à l’encontre de Jacques, de Susie, et du couple formé par Jacques et Susie.
Voir la notice

Avis : **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire