Un immense asile de fous : récits d'un village anglais / L. De Bernières. - Mercure de France, 2010. - (Bibliothèque étrangère)

A la recherche du temps perdu...

Louis de Bernières est nostalgique de son village natal, des personnes qu’il y a connues et de sa jeunesse perdue, d’un temps où les villages n’étaient pas encore simplement des endroits agréables où vivre mais des lieux où l’on travaillait, où petits commerces et artisanat se côtoyaient et où les voisins n’étaient pas encore l’un pour l’autre des inconnus.

Il invente ici un village anglais du Surrey, qui pourrait être celui qui fût le sien, et qu’il nomme Notwithstanding, ce qui signifie « qui ne résiste pas ». Pour rendre hommage à ses disparus, il nous livre ici une galerie de portraits, une description de cette communauté villageoise, un ensemble d’histoires plus ou moins vraies, plus ou moins fictives. Ces pages sont remplies de personnages haut en couleur que l’auteur croque avec affection et justesse, sans chercher à les embellir, comme cette pauvre veuve MacMahon qui continue de se comporter au quotidien comme si son mari était toujours à ses côtés, l’acariâtre et avaricieuse Mrs Griffith soudain portée à la bonté, Obadiah Oak qui pue comme s’il ne s’était jamais lavé…

Cet essai de saisie au vif d’un monde qui s’enfuit sans chercher à le décrire comme idyllique est une entreprise assez sympathique, l’écriture est agréable mais, même si quelques histoires sont assez prenantes, Le Mahous brochet par exemple, l’ensemble n’est tout de même pas palpitant et, en ce qui me concerne, il faut tout de même faire effort pour aller au bout des 300 pages.

Avis : **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire