Il était une ville / Thomas B. Reverdy. - Flammarion, 2015

Eugène, un ingénieur français, est envoyé à Detroit pour réaliser un projet industriel pour le compte d’un géant mondial de l’automobile. Mais nous sommes en 2008 (crise des subprimes) dans une ville qui livre un spectacle post-apocalyptique : maisons abandonnées, squatteurs, friches qui gagnent du terrain, crime qui prospère, jeunesse désœuvrée… Detroit est au bord d’une faillite qui sera d’ailleurs officialisée cinq plus tard. Parmi les autres personnages qui entremêlent leur destin : Candice, serveuse souriante dans le bar fréquenté par Eugène, Charlie, un jeune garçon de 12 ans, élevé par Georgia sa grand-mère, le gros Bill, le pote de Charlie, Max Roberts, espèce de parrain local, un caïd de la drogue, et puis l’inspecteur Brown, un vieux flic qui s’est mis en tête d’enquêter sur les nombreuses disparitions d’enfants dans une ville où tout disparaît de toute façon. Au final, le portrait saisissant d’une ville importante en plein effondrement, qui est le vrai protagoniste du roman, auquel s’ajoute la petite lueur d’espoir qu’incarne un Eugène qui ne veut pas se laisser broyer par la violence sociale et du monde du travail. La ville est dévastée mais lui veut se reconstruire. L’auteur parle, à juste titre, d’un tsunami économique du monde capitaliste.

Avis : **

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire