Trop tôt / J. Witek. - Talents hauts, 2015. - (Ego)

Objectif de ces derniers jours de vacances d'été pour Pia : s'amuser, s'enivrer en compagnie d'un garçon. Cette nuit de liberté folle offrira à Pia davantage que ses espérances : « Je me suis évaporée dans les bras d'un homme et c'était merveilleux. »
Après « cette première nuit d'amour » qu'elle ne regrettera jamais, il y a la déception -le désintéressement cinglant de l'amant au petit jour-, l'anesthésie et la solitude des lendemains qui déchantent, il y a ce « second tsunami » qui s'abat sur elle, la découverte de sa grossesse...
Le texte se raconte à la fois rétrospectivement et au moment même où Pia se rend à la clinique pour avorter. Il permet donc de dire la légitimité de la force du désir, du langage des corps mais également les conséquences si lourdes lorsque la sexualité n'est pas synonyme de précautions.
« Le désir fou ça existe. Mais peut-être qu'on ne peut pas dire l'amour, le frisson, la passion. Peut-être que l'amour ne peut que s’éprouver. Que les mots ne suffisent pas. Partenaire, orgasme, rapport, contraception, fécondation. Les mots pour dire la sexualité sont si laids. C'est sans doute pour cela qu'ils provoquent tant de malentendus. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire