Super menteur / C. Alix. - Magnard, 2015

Aristide entre dans une nouvelle école. Il se définit comme « moche-et-chétif-serpent-à-lunettes » et redoute donc l’accueil qu’il va recevoir à la rentrée. « Je le connais bien, ce malaise. C’est la sale gêne d’être soi. C’est le complexe. » De fait, les moqueries fusent. Pour calmer tout ce petit monde, Aristide ne trouve rien de mieux que de menacer d’emmener son molosse. Molosse qui n’existe que dans son imagination…
Il nous fait rire, Aristide, avec ses complexes, ses mensonges et sa tchatche. Parce que non content d’inventer ce mensonge, il en fait des caisses, se vantant  de « combattre la méchanceté » et de « recréer un peu d’humanité dans ce monde cruel et intolérant ». Ajoutons à cela le style de Cécile Alix qui n’a pas peur de truffer son texte de mots compliqués, qu’elle explique en fin d’ouvrage dans un lexique drôle et décalé. Entre autres bonus.
En somme un roman au ton vif et à l’humeur bienveillante à lire dès le CM2.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire