Prends ta pelle et ton seau et va jouer dans les sables mouvants / H. Girard. - Thierry Magnier, 2015

L'histoire est à l'image du titre, violente dans le fonds mais traité avec un humour décalé qui dégoupille l'âpreté du parcours du héros et narrateur. Car Anton n'a pas eu beaucoup de chance jusque-là : une mère droguée, décédée très tôt, un "beau-père-tiers-de-confiance" pas très... digne de confiance, des fréquentations douteuses qui le mènent d'embrouilles douteuses en plans dangereux... L'avenir d'Anton semble tout tracé, dans la délinquance et la violence. Mais il est des rencontres qui, sans être miraculeuses, donnent l'énergie nécessaire pour se rebeller contre le poids du passé. « Je ne sais pas d'où je viens, mais j'ai tant à inventer encore que le passé ne m’encombrera plus. »
On sent l’expérience de l'auteur, directeur d'un établissement à mission thérapeutique ; il dresse un portrait d'Anton plein de rage et d'énergie, qui trouveront à se canaliser dans la confiance et l'amour. Nul angélisme néanmoins, juste un flux bouillonnant qui nous embarque dans la lecture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire