La couleur de lait / N. Leyshon. - Phébus, 2014

En cet « an de grâce mille huit cent trente et un », Mary a décidé de « raconter les choses telles qu’elles sont arrivées ». Saison par saison, durant un peu plus d’un an, nous suivrons donc l’histoire de cette jeune fille de 15 ans, à la répartie percutante, qui n’a jamais peur de dire tout ce qu’elle pense. Elle est envoyée au presbytère pour y prendre soin de la femme du pasteur. Avec ce dernier, elle apprend à lire, puis à écrire. Mary si vive en toutes circonstances, s’éteint bientôt. Et c’est par ses propres mots, dans un style simple -avec une ponctuation minimaliste- et néanmoins très imagé et poétique, qu’elle décrit les étapes de ce qui aurait pu être son émancipation. L’histoire est d’autant plus dramatique que son héroïne était lumineuse, limpide, d’une générosité évidente. On passe avec elle du rire à l’angoisse, avec une admiration sans faille pour sa droiture.
Voir la notice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire