Petit éloge de l’errance / Akira Mizubayashi. - Gallimard, 2014. - (Folio 2 euros)

Petit éloge de l'errance | Mizubayashi, Akira. Auteur3ème livre de l’auteur et 3ème petite pépite. Auteur hybride, né et vivant au Japon, écrivant en français, marié à une française. Il s’agit d’un pendant très intéressant à son 1er livre, « Une Langue venue d’ailleurs », qui permet de mieux comprendre son attirance pour la langue française et en particulier pour la langue et la philosophie du 18ème siècle. Comme d’habitude, les références mélangent celles de la culture japonaise (le cinéma d’Akira Kurusowa par exemple) et celles de l’occident (principalement Rousseau et Mozart). Il faut entendre ici le terme « errance » comme une capacité à s’arracher à son groupe d’appartenance, ce qui ici se révèle d’autant plus nécessaire que la situation de l’individu dans la société japonaise apparaît aujourd’hui problématique, comme elle l’était déjà sous le fascisme impérial. L’affirmation de soi est jugée immorale, le sacrifice personnel comme raisonnable. Le Japon est celui de la négation des voix singulières, loin de la Révolution française qui revendique l’individu comme force. Mini prix (2€) mais il fait le maximum comme dit la publicité. Je suis toujours aussi fasciné par cet auteur qui déclare, excusez du peu : « J’ai toujours considéré le français comme le corps désiré d’une femme qui m’échappe perpétuellement. Je joue du français, je jouis du français. ». J’adore.

Avis : ***

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire